MENU
Accueil
Le point sur les nouvelles contaminations en Chine
Écouter le direct

Le point sur les nouvelles contaminations en Chine

Le Check info du 17 juin 20202 minutes
En Chine, Pékin se reconfine face à ce qui ressemble à une deuxième vague épidémique. On répond aux inquiétudes : D'où viennent les nouvelles contaminations ? Quelles sont les mesures prises ?

On croyait l’épidémie terminée, la vie avait repris, c'était la fin du confinement, sauf qu’après deux mois sans aucune nouvelle contamination. Pékin, 21 millions d’habitants, voit les cas positifs au coronavirus se multiplier : 137 nouveaux cas en 6 jours seulement. Des dizaines de milliers de tests sont en cours, 90 000 par jour depuis la semaine dernière pour essayer de remonter la chaîne de contamination, le maire de la capitale chinoise parle lui-même : "d’un temps de guerre" et d’une situation "extrêmement grave".

Est-ce qu’on sait d’où ça vient ? Et pourquoi ça repart ?

Comme à Wuhan en décembre, cela provient d’un immense marché alimentaire, c’est là que les premiers cas ont été détectés, précisément sur les étals des produits de la mer. Des chercheurs ont évoqué une souche européenne du virus, sous-entendu "ça ne vient pas de Chine, c’est une importation". Mais d’autres foyers de contaminations ont émergé, avec d’autres origines, sur 4 marchés de la ville. Des lieux ont été fermés, tout comme les résidences où habitent les travailleurs infectés, soit 30 zones résidentielles dans lesquelles habitent 100 000 personnes : interdiction de sortir, et ravitaillement effectué par la municipalité. En fait, la mairie a décidé de remettre en vigueur les mesures du confinement : écoles fermées à partir d’aujourd’hui, entreprises appelées à placer leurs salariés en télétravail, fermeture de centres sportifs, musées, 70% des vols annulés et les sorties de Pékin déconseillées, il faut avoir sur soi un test certifié "négatif Covid-19"

Peut-on parler de deuxième vague ?

Pour l’instant, l’Organisation mondiale pour la Santé n’utilise pas cette expression, elle dit "suivre la situation de près". Le but étant d’éviter que la contagion se propage au reste de la Chine et donc au reste du continent, et du monde. Des experts seront éventuellement envoyés sur place pour tenter de mesurer la gravité de la situation, mais en réalité, c’est comme en janvier : ce qui se passe en Chine reste relativement opaque, vérifier les chiffres est impossible. Mais visiblement des mesures sont prises, ce qui n’est pas le cas dans les autres endroits de la planète où le virus se répand. On peut citer l’Iran : 100 morts dimanche, ce qui n’était pas arrivé depuis deux mois. L’Inde, 2000 morts en 24 heures, et une forte hausse des contaminations depuis le déconfinement, comme aux Etats-Unis : 116 000 morts, 2,1 millions de contaminés et surtout 20 000 cas détectés chaque jour.

Où en est-on en France ?

111 décès pour la journée d’hier (16 juin), ce qui porte le bilan à 29 547 morts, mais le nombre de patients en réanimation baisse chaque jour, ils ne sont plus que 820 aujourd’hui, ils étaient 2000 il y a un mois. Donc, chez nous, c’est plutôt positif, mais vu ce qui se passe dans d’autres pays, restons vigilants.  

Marion Lagardère démêle le vrai du faux, c'est le Check Info à retrouver sur YouTube, Facebook et Twitter.