MENU
Accueil
La vidéo d'un homme maintenu face à terre par un policier à Paris est-elle authentique ?
Écouter le direct

La vidéo d'un homme maintenu face à terre par un policier à Paris est-elle authentique ?

Le Check info du 01 juin 20202 minutes
Une vidéo qui ressemble étrangement à celle de l’arrestation de Georges Floyd tourne sur les réseau : Est-elle authentique ? De qui s'agit-il ?

C'était le 25 mai, George Floyd est mort pendant une arrestation à Minneapolis, aux Etats-Unis, alors qu’il était menotté, plaqué sur le ventre et que le policier lui écrasait le visage avec son genou. De retour en France, on a pu voir ce jeudi (28 mai) ce tweet :

On voit plusieurs policiers qui maintiennent un homme noir à terre, et l’un d’eux lui met un genou sur le cou. Le geste dure 15 secondes sur la vidéo. Ce tweet a dépassé les 13 700 partages… et a tourné un peu partout, sur Facebook, sur Snap...

La vidéo est-elle authentique ?  

D’abord, on voit bien l’arrêt de bus RATP qui nous indique que nous sommes à Paris, les masques portés par les policiers, nous indiquent que la vidéo est récente. Mais l’ultime preuve, c’est la Préfecture de police de Paris qui l'apporte : cette interpellation a eu lieu dans le 20e arrondissement comme le rapporte 20 Minutes : 

"Ces images correspondent à l’interpellation le 28 mai, à 21 heures, d’un individu pour des faits de conduite malgré une annulation de permis, sous l’emprise de stupéfiants, dans un état alcoolique, et d’outrage et rébellion." 

La préfecture ajoute que "le contexte difficile de l’intervention est dû à la résistance de l’individu et à la présence d’une foule hostile". 

Il s'agit bien d'un homme qui s’est bien retrouvé avec le genou d’un policier plaqué sur le cou, à Paris, trois jours après la mort de George Floyd.

Le plaquage ventral, face contre terre, avec une pression sur le corps est une technique d'interpellation. Alors, sur la vidéo dont on parle aujourd’hui, l’homme n’est pas mort. Mais tout comme George Floyd aux Etats-Unis, en France, deux hommes ont perdu la vie dans les mêmes conditions : Adama Traoré, interpellé en 2016 par trois gendarmes et décédé dans la gendarmerie de Persan dans le Val d’Oise (l’un des gendarmes ayant confirmé qu’Adama Traoré avait reçu le poids des trois sur lui en même temps). Et puis Cédric Chouviat, mort 48h après avoir été plaqué et étranglé par des policiers à Paris comme on a pu le voir sur une vidéo, c’était en janvier, il y a cinq mois. 

Cette technique a déjà tué, plusieurs fois, et pas qu’aux États-Unis mais bien ici dans l’hexagone. La Suisse et la Belgique l’ont interdite. Mais en France, malgré une condamnation par la Cour Européenne des Droits de l’Homme en 2007, elle est toujours enseignée en école de police...

Marion Lagardère démêle le vrai du faux, c'est le Check Info à retrouver sur YouTube, Facebook et Twitter.