MENU
Accueil
Huile de tournesol en supermarchés : pourquoi la pénurie n’est pas liée au Ramadan ?
Écouter le direct

Huile de tournesol en supermarchés : pourquoi la pénurie n’est pas liée au Ramadan ?

Le Check info du 10 mai 20223 minutes
Un reportage de BFMTV et une interview du PDG de Leclerc sur CNews affirment que la pénurie de bouteilles d’huile de tournesol en grandes surfaces est due au Ramadan. Or, aucune étude ne le démontre. En revanche, la pénurie est bel et bien liée à la guerre en Ukraine.

Dans certaines grandes surfaces, cela fait un mois maintenant que les rayons des huiles de cuisson sont presque vides. En avril, il était très difficile de trouver de l’huile de tournesol, et pour expliquer ces disparitions, une théorie a fleurit sur les plateaux de télévision : ce serait à cause du Ramadan. C’est ce qu’a affirmé un reportage de BFMTV Ile-de-France très relayé et partagé sur les réseaux (à retrouver ici, à la fin du journal), affirmant que cette pénurie d’huile s’explique par l’arrivée du ramadan, cette huile est très utilisée pour préparer les beignets de rupture du jeûne. Et puis, jeudi dernier, le patron du groupe Leclerc, Michel Edouard Leclerc, a redit la même chose sur CNews en affirmant que ce sont les clients musulmans qui vident les rayons d’huiles pour « cuire le mouton ».

Aucune statistique pour étayer cette affirmation

Or, on ne trouve aucune étude, aucune statistique sur les motifs de consommations d’huile en France dans les supermarchés. Ni non plus de profil des acheteurs. Par ailleurs, aucune étude de vente ne démontre que le Ramadan, qui a lieu tous les ans, provoque une augmentation des ventes d’huile de tournesol. L’explication tout le monde la connait, on l’a tous entendue : c’est la guerre en Ukraine. Depuis plus d’un mois, toutes les télés, les radios, les journaux répètent (à raison) que nous allons vers une crise alimentaire mondiale, parce que l’Ukraine est le 4ème exportateur mondial de blé, et le 1er producteur mondial d’huile de tournesol, or, les ports de marchandise Ukrainiens sont bloqués par les russes, tous les stocks de blé et d’huile qui devaient être livrés ne peuvent pas l’être et donc il est évident que d’ici quelques mois, on va manquer de ces deux produits, blé et huile.

Conséquence logique : si on dit aux consommateurs attention, on va vers une pénurie, les consommateurs font immédiatement des stocks. Les consommateurs mais aussi les professionnels, les restaurateurs, les friteries ont fait des stocks pour anticiper. Dans les supermarchés par exemple les ventes d’huile de tournesol ont augmenté en avril de 32% d’après l’institut Nielsen, alors que l’approvisionnement a baissé de 15%, d’où les rayons vides. Un phénomène que l’on observe aussi pour les pâtes et la farine. Et nos voisins, en Belgique, en Angleterre, en Allemagne, vivent la même chose. Bref, on est face à un réflexe logique de prudence : les consommateurs et les professionnels font des stocks parce qu’on leur annonce une pénurie. Et, on le redit, ça n’a rien à voir avec le Ramadan ou avec la consommation de samousas. Précisons enfin qu’il n’existe pas de recette de mouton frit et que les musulmans d’ailleurs ne mangent pas de mouton pour le Ramadan, mais traditionnellement pour l’Aïd-el-Kébir.