MENU
Accueil
Eric Zemmour : "Je ne suis pas misogyne" mais sa vision des femmes correspond bien à la définition
Écouter le direct

Eric Zemmour : "Je ne suis pas misogyne" mais sa vision des femmes correspond bien à la définition

Le Check info du 01 mars 20222 minutes
Le candidat d’extrême-droite était y a quelques jours l’invité de TF1, au journal de 20h. À la présentatrice qui lui demandait s’il était misogyne, il a répondu "absolument pas". Mais ses déclarations vont bien dans le sens de la définition de la misogynie.

"C’est une bêtise, je ne suis absolument pas misogyne (…) je pense aujourd’hui que je suis le protecteur des femmes". Eric Zemmour, le candidat d'extrême-droite à la présidentielle s’est défendu sur TF1 d’être misogyne, parlant même d’une caricature : "On a créé un personnage". Or, à regarder ses multiples interventions et interviews ces quinze dernières années, c’est clairement lui qui s’est créé son personnage de polémiste délibérément misogyne.

Misogyne : une définition bien précise

D’après la dernière édition du dictionnaire Larousse, misogyne signifie qui éprouve du mépris, voire de la haine pour les femmes, et qui témoigne de ce mépris, autrement dit qui en parle publiquement, qui argumente, qui affirme. Dans le cas d’Eric Zemmour, on peut parler d’une spécialité puisqu’il a écrit un livre en 2006 précisément pour dénoncer une féminisation de la société et précisément une féminisation dangereuse des hommes. Vision qu’il a de nouveau revendiquée dans ses derniers livres. Sur le thème du pouvoir, il expliquait sur BFM en 2013 que pour lui les femmes ne peuvent pas incarner le pouvoir, le pouvoir s’évapore dès qu’elles arrivent.

Le stéréotype

Bref, oui, Eric Zemmour est misogyne puisque ce qu’il défend correspond à la définition du mot misogyne : il méprise les femmes et il le dit publiquement. La subtilité, c’est que personne ne se revendique comme étant misogyne, c’est comme le racisme ou l’homophobie. Eric Zemmour préfère dire qu'il est le protecteur des femmes. Mais sous-entendu, les seules femmes qui comptent pour lui parce qu’elles restent dans un rôle très précis de personne dominée, donc des femmes qui font des enfants, qui n’avortent pas, qui dépendent d’un mari, qui ne cherche ni le pouvoir ni les ballons de foot et qui sont plutôt catholique. Une vision qui n’a rien d’anecdotique parce que ce genre de discours, ça se traduit ensuite quand on a le pouvoir en loi et en budget.