MENU
Accueil
Des stars de Twitch s'exilent à Malte pour profiter des avantages fiscaux : légal ou pas légal ?
Écouter le direct

Des stars de Twitch s'exilent à Malte pour profiter des avantages fiscaux : légal ou pas légal ?

Le Check info du 16 novembre 20213 minutes
Depuis des semaines le sujet agite les réseaux : s'installer à Malte pour échapper au Fisc Français est-il illégal ou est-ce avant tout un problème moral ? Le faible taux d'imposition sur les sociétés a en tout cas convaincu une poignée de streamers de quitter l'hexagone.

Le sujet fait parler sur les réseaux depuis des semaines : l’ïle de Malte attire de plus en plus de stars Françaises de Twitch. D’où cette interrogation : s’agit-il d’exil fiscal ? De fraude fiscale ? D’une simple question morale ? C’est un peu la version Twitch de la même problématique avec les influenceurs qui partent s’installer à Dubaï pour échapper à l’impôt en France. C’est ce que montre une grosse enquête du journal Libération, et c’est aussi ce que pointent certains tweet, comme ce thread du gamer ZeratoR, publié il y a un mois : 

"Sachez que je suis résident fiscal Français contrairement à certains streamers qui commencent à trop gagner à leur gout pour habiter ici et s'évadent dans des paradis fiscaux (Malte le plus connu dans notre milieu) J'aime trop mon pays/ma famille/mes potes/ma ville et tout ce que j'ai construit ici pour déménager ailleurs. J'en profite pour dire que je trouve ça étonnant de vivre à Malte et de pourtant participer à des événements comme le Z EVENT. Je ne suis juge de personne (..), mais c'est pour moi incohérent."   

Ou comment bien mettre le sujet sur la table, sachant que les streamers qui se sont installés à Malte, par exemple Skyyart, David Lafarge, TeufeurS ou encore Locklear, ne cachent pas qu’ils vivent désormais là-bas.  

Un système fiscal beaucoup plus avantageux qu’en France  

En France, quand un streamer créé sa société, il paye l’impôt sur les sociétés. Il doit verser comme tout autre entrepreneur une partie de son bénéfice au trésor public, aux impôts. En dessous de 38 000 euros de bénéfice en un an, l’entrepreneur doit verser 15%. Au-dessus de 38 000 euros, le taux passe à 25%. Jusqu’à l’année dernière, au-dessus de 75 000 euros, le prélèvement était de 33%, un taux qui a été ramené à 25% cette année. Il faut désormais dépasser 7 millions de bénéfices pour passer le plafond suivant, mais quoi qu’il en soit, c’est cette grille fiscale qui a donné l’idée à certains streamers de se délocaliser à Malte, pour ne plus être concerné par les plafonds. 

-bas, le système est simplifié : chaque chef d’entreprise verse 35% de ses bénéfices mais il peut demander à l’Etat d’être partiellement exempté et d’en récupérer les 6/7ème. A la fin, le taux d’impôts réglé ne s’élève qu’à 5% du bénéfice réalisé.   

« Exil fiscal » mais pas « fraude fiscale »

Et s’installer à Malte pour profiter de cet avantage n’est pas illégal. C’est de l’exil fiscal, mais pas de la fraude. Sachant par ailleurs que, tout comme Dubaï, Malte n’est pas sur la liste des paradis fiscaux établie par l’Europe. Pourtant, en moyenne, la perte de rentrées fiscales causée par Malte s’élève à plusieurs centaines de millions d’euros. Et ça ne concerne pas que les streamers, mais beaucoup d'artistes, de politiques, d'entrepreneurs, il suffit de regarder les listes publiés par les journalistes qui ont révélé les Panama Papers, les Pandora Papers, les Malta Files, les Lux Leaks, les Paradise papers, etc. Bref, on est dans la zone grise, ça n’est pas illégal, c’est un problème moral et éthique.