MENU
Accueil
Cinquième vague de Covid-19 : quels sont les chiffres et pourquoi une telle reprise ?
Écouter le direct

Cinquième vague de Covid-19 : quels sont les chiffres et pourquoi une telle reprise ?

Le Check info du 23 novembre 20213 minutes
On pensait l'épidémie derrière nous, mais les contagions repartent en hausse en France. Même le Premier Ministre, Jean Castex, est positif au Covid-19. D’où les nombreuses interrogations sur le cette nouvelle vague : quels sont vraiment les chiffres ? Et surtout pourquoi une telle reprise ?

Les chiffres à regarder pour savoir où en est l’épidémie sont toujours les mêmes : le nombre de cas positifs et le nombre de gens admis à l’hôpital. Des chiffres qui sont en nette hausse depuis dix jours. Le ministère de la Santé enregistre en moyenne 20 000 cas positifs par jours depuis une semaine, c’est 80% de plus que la semaine précédente. Pour ce qui est des admissions à l’hôpital, l’augmentation est de 50% en une semaine, ce qui représente autour de 400 personnes par jour. Sachant que les admissions en soins critiques, donc les cas graves, augmentent aussi, une centaine de personnes par jour. Tout progresse d’où l’expression cinquième vague.

Pourquoi une cinquième vague alors que 75,5% des Français sont complètement vaccinés ?

Parce que les anticorps créés par l’organisme grâce au vaccin ne durent pas toute la vie. On la déjà dit : être vacciné, ça n’immunise pas à vie, la défense immunitaire est forte les premiers mois, et puis au fil du temps elle baisse, selon l’âge, selon l’état de santé en général, etc… Donc, oui, on peut être vacciné et se retrouver positif au Covid, sans symptôme, mais aussi avec des symptômes, des problèmes respiratoires, qui peuvent amener jusqu’aux urgences. Mais attention : aujourd’hui, il y a neuf fois plus de personnes non-vaccinées qui sont en soins critiques que de personnes vaccinées. Preuve que la vaccination diminue les chances de développer un cas grave.

Quel est le profil des cas positifs au Covid aujourd’hui ?

Globalement, les personnes qui attrapent le virus sont celles qui ont abandonné le masque et les gestes barrières. Dans les cas positifs, on retrouve beaucoup d’enfants (d’où les fermetures de classes qui se multiplient). Une prédominance qui s’explique notamment par le fait que pendant de nombreuses semaines, ils n’ont pas porté de masque à l’école, ou qu’ils n’ont pas été vaccinés pour les moins de 12 ans. Les enfants attrapent le Covid, sans forcément tomber malade, sans symptôme. En revanche, ce sont eux qui vont lui permettre de se balader, de circuler vers d’autres personnes. C’est ce qui fait qu’en bout de chaine, l’autre population touchées par le Covid, ce sont les plus âgés, les plus de 65 ans, et les personnes fragiles, des patients qui sont vaccinés pour beaucoup mais dont le système immunitaire est faible.

Quelles pistes pour arrêter cette vague ?

On l’a vu lors des précédentes vagues épidémiques : lorsque les courbes montent aussi vite, elles ne peuvent redescendre qu’avec la mise en place de mesures radicales : soit un confinement, soit le port du masque obligatoire y compris dans la rue, soit l’instauration d’un passe sanitaire. Le virus n’arrête pas de circuler tout seul. Sachant que les autres pays autour de nous Angleterre, Belgique, Allemagne, etc, ont le même problème : faut-il reconfiner, imposer une dose de rappel à tous les vaccinés ou encore généraliser le passe sanitaire ? En France, les décisions seront prises mercredi en Conseil de Défense.