MENU
Accueil
Ce qu'il faut retenir des annonces du Ministre de l'Intérieur sur la police
Écouter le direct

Ce qu'il faut retenir des annonces du Ministre de l'Intérieur sur la police

Le Check info du 09 juin 20202 minutes
Christophe Castaner a annoncé des mesures pour lutter contre le racisme et les violences des forces de l'ordre : De quoi s'agit-il ?

Depuis plusieurs jours, des révélations et des témoignages ont apportés un nouvel éclairage : des groupes Facebook où des agents de police échangent des commentaires racistes, un groupe à 8000 membres, un autres à 9000 membres, et puis la force des mobilisations partout en France contre le racisme et les violences policières : de Paris à Marseille, en passant par Lille, Lyon, Nantes ou encore Rennes. Le ministre de l’Intérieur a fait plusieurs annonces :

Le ministre parle de suspension de l’agent soupçonné, mais d’une suspension "envisagée", cela veut dire que ce n'est pas automatique. Et puis, Christophe Castaner a aussi parlé des contrôles d’identité, il veut la fin de ce qu’on appelle la politique du chiffre, c’est à dire que le nombre de contrôle d’identité effectué ne soit plus un critère pour définir la productivité des commissariats, donc moins de pression sur les agents et c’est un changement majeur.

Concernant les contrôles au faciès…

Il n'est pas question d’instaurer le récépissé, ce document que demandent les associations pour limiter les contrôles d’identité que subissent surtout les hommes noirs et arabes. Mettre en place le récépissé, ce serait reconnaître qu’il y a des contrôles au faciès, ce que refuse le ministre… Christophe Castaner a, en revanche a parlé de deux éléments : le numéro RIO, le matricule attribué à chaque policier qui, dit-il devra être strictement visible… C’est déjà le cas, les agents n’ont pas le droit de cacher leur numéro RIO… Et puis les caméras-piétons, ces petites Go-Pro accroché au gilet : il veut un renforcement de l’usage de ces caméras, mais là c’est pareil : renforcement ne veut pas dire obligatoire. Ces caméras sont et seront toujours déclenchées par le policier quand il le souhaite.

Concernant les violences policières...

Les techniques d’interpellations potentiellement mortelles vont évoluées, c'est la fin de la clé d’étranglement, fini aussi toute compression sur le cou, mais ça, d’après plusieurs syndicats de policiers, c’était déjà interdit. En revanche, pas d’interdiction du placage ventral, cette méthode abandonnée par les polices belges, suisses, ou new-yorkaises. Enfin, un mot sur l’IGPN, la police des polices, le ministre dit vouloir la "réformer", mais sans détailler comment et surtout en gardant le principe central : ce sont des policiers qui contrôlent l’action des policiers, et pas un organisme indépendant…

Marion Lagardère démêle le vrai du faux, c'est le Check Info à retrouver sur YouTube, Facebook et Twitter.