MENU
Accueil
Y a-t-il vraiment 25% de crises cardiaques en plus les lendemains de changement d’heure ?
Écouter le direct

Y a-t-il vraiment 25% de crises cardiaques en plus les lendemains de changement d’heure ?

Le Check info du 02 novembre 20213 minutes
C’est le chiffre avancé par un psychothérapeute sur une chaine d’info pour illustrer les risques qu’entraine le changement d’heure pour la santé. Une estimation qui vient d’une étude américaine et qui est à nuancer.

Deux fois par an, le changement d’heure suscite énormément de questions, notamment autour des risques pour la santé. Ce week-end, sur BFMTV, le psychothérapeute Benjamin Lubszynski a d’ailleurs précisé que le fait d’avancer ou de reculer d’une heure provoquait 25% de crises cardiaques en plus les lundis qui suivent ces changements. D’après lui, c’est ce qui ressort d’une étude américaine menée par l’université du Michigan. Et on la retrouve, effectivement, publiée sur le site du British Medical Journal. Cette étude utilise des données envoyées par les hôpitaux privés du Michigan à un assureur pour mesurer l’impact du changement d’heure.  

Un chiffre qui concerne le changement d'heure du printemps

Pendant trois ans, ces cliniques ont transmis le nombre de patients admis chaque jour, avec le motif d’arrivé. Résultat : si on prend la semaine qui suit le changement d’heure, on voit bien une augmentation de 24% de personnes arrivant à l’hôpital en expliquant qu’elles ont un problème cardiaque. Mais il y a quand même trois bémols à apporter. D’abord, problème cardiaque ne veut pas dire crise cardiaque. Ensuite, faire le calcul du lundi au dimanche n’est pas probant puisque tous les lundis, il y a plus d’admissions dans les hôpitaux que les autres jours, le lundi étant le jour standard de lendemain de repos, de retour au travail, il y a statistiquement toujours plus d’admissions aux urgences pour problèmes cardiaques, douleurs, ou crises d’angoisse.   Enfin, dernier bémol, ces 24% de problèmes cardiaques en plus concernent le changement d’heure du printemps, pas celui de l’automne. 

Pas encore d'étude sur le sujet en France

En automne, il n’y a pas plus d’admissions aux urgences que d’habitude, tout simplement parce que l’on gagne une heure, alors qu’au printemps, on en perd une, c’est ça qui peut créer du stress, de la tension, et une fatigue pour cause de nuit écourtée. En automne, le dimanche du changement d’heure fait 25 heures au lieu de 24, donc, pas de stress, d’ailleurs la courbe des problèmes cardiaque est même en dessous de la moyenne. Conclusion : oui, le changement d’heure du printemps génère 24% d’admissions aux urgences pour problème cardiaque de plus que d’habitudes, mais ça ne concerne pas le changement d’heure d’automne. Qui plus est-il s’agit de problèmes cardiaques et non de crises cardiaques. Sachant que ces chiffres concernent les cliniques du Michigan. En France, aucune étude sur le sujet n’est disponible.