MENU
Accueil
Écouter le direct

YouTube interdit en Russie ?

Hype Tech du 30 septembre 20212 minutes
Le ton est monté d'un cran entre le Kremlin et l'entreprise détenue par Google.

YouTube a décidé de mener une campagne contre les chaînes qui font de la désinformation avec le Covid en première ligne. On parle des chaînes antivax, anti pass sanitaire, complotiste sur la création du Covid. Des mesures qui vont s’étendre au-delà du covid et qui vont rester sur la mise en place de la vaccination. Des vidéos trompeuses ou mensongères sur des vaccinations de routine comme la rougeole, le tétanos, l'hépatite B pourront désormais être retirées du site comme YouTube l’explique dans un communiqué qui précise aussi que les contenus sur les politiques de vaccination, les nouveaux essais vaccinaux et les succès ou les échecs historiques des vaccins restent autorisés. Il faut savoir qu’en un an, environ 130 000 vidéos ont été supprimées.

La chaine RT DE dans le viseur

Problème ? La chaine RT, Russia today, une chaine de TV d’info continue financée par l’état russe mais qui a aussi sa propre chaine YouTube a été supprimée en Allemagne ! YouTube a lancé un avertissement en suspendant la chaine RT DE pendant une semaine jugeant que cette dernière n’avait pas respecté sa politique à l’égard de la désinformation autour du Covid-19.

Mais ça ne s’arrête pas là ! Puisque pendant cette suspension RT Allemagne a utilisé sa seconde chaîne YouTube pour continuer à publier du contenu. Du coup ça ne passe pas, YouTube estime qu’ils ont essayé de contourner l’application de la loi en utilisant une autre chaîne. Et du coup les deux chaînes n’ont pas été suspendues mais complétement et définitivement supprimées comme l’a annoncé la rédactrice en cheffe de RT DE, Margarita Simonyan qui invite son pays à supprimer le site en Russie.

Une affaire qui dure

Une affaire de plus puisque Google, qui détient YouTube, a été condamné à 6,5 millions de roubles d’amende pour non-suppression de contenus jugés "interdits" par l’État russe. Et pendant les législatives, Google avait supprimé du contenu sur l’opposant au Kremlin, Alexeï Navalny puisque selon eux, leur personnel aurait pu être inquiété en Russie si la diffusion de ces contenus avaient joué un rôle dans l’élection.