MENU
Accueil
Twitter jugé pour son manque de coopération avec la justice française
Écouter le direct

Twitter jugé pour son manque de coopération avec la justice française

Hype Tech du 18 janvier 20222 minutes
Le réseau social est dans le collimateur des autorités françaises.

Aujourd’hui, beaucoup de réseaux sont dans le collimateur des autorités pour des questions de données personnelles, de paradis fiscaux, ou encore des problèmes anti-concurrentiel comme Google et Meta en ce moment aux Etats-Unis. Mais pour Twitter, c'est sur une tout autre problématique, celle de l’anonymat !

Une affaire de propos haineux

Revenons en arrière, il y a un peu moins d’un an en mars 2021. À cette époque le compte Twitter de la préfecture des Yvelines publie un message qui montre son secrétaire général en train de faire et des opérations de contrôle du respect du couvre-feu. Le climat de l’époque est un peu tendu sur cette mesure qui ne fait pas l’unanimité et forcément des réponses insultantes arrivent. Un utilisateur répond en comparant les forces de l’ordre à la police du régime de Vichy sous le maréchal Pétain. Et un autre va encore plus loin en qualifiant le responsable de la préfecture de nazi, en ajoutant q'il faudrait le pendre à la Libération celui-là. Bien entendu tout ça sous couvert d'anonymat !

L'anonymat qui pose problème à la justice

Et c’est là tout le problème. Le parquet de Versailles va immédiatement ouvrir une enquête pour injure, et va essayer d’identifier les auteurs et les propriétaires des deux comptes qui sont donc anonyme. La gendarmerie envoie une réquisition à Twitter France. Sans réponses, la justice fustige "l’échec total de la modération sur Twitter, qui est devenu selon elle, "un réseau totalement asocial qui peut porter atteinte à la paix publique et au bon fonctionnement de la société".

Damien Viel explique que Twitter France est une entité qui ne stocke pas de données, aucune information donc sur les utilisateurs. Ces données sont conservées et traitées par la filiale européenne de la maison mère Twitter Inc, qui est située en Irlande. Mais en face la justice française ne lâche pas en précisant que la filiale Europe "refuse délibérément de transmettre ces informations dans les délais impartis par la justice française". Résultat l’amende pourrait s’élever à 75000€ !

Un problème récurrent

On peut noter également un bon paquet de dossier sur la table pour Twitter, comme ces trois victimes du terrorisme, qui ont dû faire face à du harcèlement en ligne. Une nouvelle fois, aucune identification des harceleurs. Ils poursuivent actuellement Twitter pour le classement sans suite de leurs plaintes. En mai 2020 plusieurs associations de lutte contre les discriminations ont assigné en Twitter, jugeant qu’il "manquait à ses obligations de modération".

Inutile de vous préciser que les deux auteurs des Tweets sur la préfecture des Yvelines n’ont toujours pas était identifié...