MENU
Accueil
Qui est Kerby Jean-Raymond, premier styliste noir américain à la Fashion Week de Paris ?
Écouter le direct

Qui est Kerby Jean-Raymond, premier styliste noir américain à la Fashion Week de Paris ?

Dress code : street du 24 mai 20213 minutes
Du 5 au 8 juillet à Paris, Kerby Jean-Raymond va entrer dans l’histoire de la mode comme le premier designer noir américain à présenter sa collection à la Semaine de la mode à Paris.

L’annonce a fait grand bruit dans le monde de la mode. En quelques années, Kerby Jean-Raymond s’est imposé comme le styliste le plus engagé de sa génération, particulièrement dans le mouvement Black Lives Matter contre les violences policières aux Etats-Unis.

En 2015, à la Fashion Week de New York,  Kerby Jean-Raymond commence son défilé en projetant une vidéo où l'on voit des jeunes Noirs brutalisés par la police. L’introduction est osée mais ne plaît pas du tout à ses investisseurs. Ils retirent leur soutiens financiers à sa marque, Pyer Moss qu’il a lancé deux ans plus tôt. Kerby Jean-Raymond tombe en dépression pendant plusieurs mois et pense même à mettre la clé sous la porte.

L’année suivante, il reçoit le soutien d’Erykah Badu, la légende de R&B des années 90. Ensemble il créé une collection et reviennent à la Fashion Week de New-York en mettant en avant la santé mentale avec des messages plus subtiles liés à Black Lives Matter.

Ils font défiler un mannequin avec une pancarte où on peut lire “Mes démons ont gagné aujourd’hui” en référence aux dernier mots de MarShawn McCarrel, militant Black Lives Matter qui avait mis fin à ses jours quelques mois plus tôt.

Cette-fois, le créateur se fait repérer par Reebok qui lui demande de créer des capsules inédites. Depuis Kerby Jean-Raymond est devenu le directeur créatif de la marque.

A chacun de ses shows Kerby Jean-Raymond s’approprie les lieux. Il fait défiler uniquement des mannequins noirs et métis qu’il trouve sous-représenter dans la mode. Il y a quelques années il expliquait au média AJ+ que même la disposition des spectateurs est réfléchi : "On met les journaliste au 2ème et au 3ème rang parce qu'on veut mettre les familles de victimes au premier rang. Et des gens nous disent qu'il refusent de venir à cause de ça" explique Kerby Jean-Raymond.