MENU
Accueil
Présidentielles : La mode est une affaire politique
Écouter le direct

Présidentielles : La mode est une affaire politique

Dress code : street du 04 avril 20223 minutes
À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, les conseillers en communication soignent l’image des candidats.

En campagne, le vêtement devient un instrument politique. Christelle Macia, conseillère en image explique que la mode agit avant qu’on ait eu le temps d’ouvrir la bouche.

C’est vraiment la communication la plus efficace, la plus rapide. On est vu on est entendu et ensuite on est compris.

Certaines couleurs reflètent même le bord politique d’un candidat. Le rouge est associé à la gauche mais aussi à la passion. Le chef de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon arbore systématiquement une cravate rouge sur les plateaux télévisés et en meeting.

Chez les candidats de droite et d’extrême droite c’est le bleu qui domine. On le retrouve sur Nicolas Dupont-Aignan chef de file Debout la France et Marine Le Pen du Rassemblement National. Le but avec le bleu est souvent de rassurer.

Messages cachés 

Depuis son entrée en politique, Emmanuel Macron est entouré de communicants. Il a souvent été vu sans cravate. “Quand on enlève la cravate, on enlève un peu de la tradition. Les entrepreneurs de high-tech ne vont pas suivre tous ces codes parce que eux sont dans le futur, dans les nouvelles technologies, l’innovation donc ils ne peuvent pas prendre les codes de la tradition” analyse Christelle Macia.

L’absence de cravate renvoie à l’image de l’ex-président américain Barack Obama. En effet, cette obsession pour le vêtement en politique vient des États-Unis. Le coaching en l’image des politique s’est démocratisé avec l’arrivée de la télévision. En France, c’est une activité discrète mais qui a tout de même son importance, surtout depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron.

Imitation ratée de Zelensky ?

En politique, certaines tenues font polémique. En 2019, Sibeth Ndiaye, ex-porte-parole de l’Elysée a subi une vague de critiques après avoir porté une robe à fleurs. Aujourd'hui, Philippe Poutou du NPA et Nathalie Artaud de Lutte ouvrière, tous deux candidats à l’élection présidentielle, assument leur tenue décontractée. Le but pour eux est de casser les codes et paraître davantage proche de leur électorat populaire.

Parmi tous les candidats, le président sortant Emmanuel Macron est sans doute celui qui travaille le plus son style, au risque d’en faire parfois trop. Mi-mars, il est apparu dans un sweat à capuche de l’armée de l’air française et en jean. Le tout pendant l’exercice de ses fonctions, c’est une grande première pour un président en exercice.

À moins d’une semaine du premier tour de l’élection présidentielle, la tenue n’a rien d’un hasard. Lui aussi veut apparaître proche du peuple. Opération de communication ratée, la presse internationale ne s’est pas privée de le critiquer, y voyant la mise en scène d’une imitation ratée du président ukrainien Volodymyr Zelensky.