MENU
Accueil
Viol : la parole s'est-elle enfin libérée ?
Écouter le direct

Viol : la parole s'est-elle enfin libérée ?

Débattle du 05 novembre 202058 minutes
Une étudiante sur vingt a déjà été victime de viol et une sur dix d’agression sexuelle selon une enquête dans l’enseignement supérieur publiée en octobre 2020.

Une étudiante sur vingt a déjà été victime de viol et une sur dix d’agression sexuelle selon une enquête dans l’enseignement supérieur publié en octobre 2020. Plusieurs causes d’agressions sont recensées dans l’enquête : l’alcool, le manque d’éducation, le sentiment de toute-puissance des agresseurs et l’effet de groupe. 254 femmes se font violer chaque jour en France. Si on ajoute les agressions sexuelles, 184 000 femmes sont victimes de violences sexuelles chaque année, et on ne parle que de celles qui le disent. Depuis 1980, le Code pénal définit le viol comme « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise ». En 10 ans, le nombre de personnes condamnées pour viol a chuté de 40 %, alors que le nombre de plaintes a augmenté. Dans 90 % des cas, la victime connaissait son agresseur avant le viol, et seulement 10 % des victimes portent plainte. 

Notre invitée : Marine Dupriez, fondatrice de SafeCampus, une plateforme qui aide les établissements d'enseignement supérieur à lutter contre les violences sexuelles et sexistes. 

 Pourquoi il est difficile de parler quand on a subi un viol ?

 La justice est-elle trop laxiste envers les auteurs de viols ?

 La souffrance des victimes est-elle minimisée ? Leur témoignage est remis en cause ?