MENU
Accueil
Sextapes, images intimes : est-ce qu'on se méfie assez du revenge porn ?
Écouter le direct

Sextapes, images intimes : est-ce qu'on se méfie assez du revenge porn ?

Débattle du 17 février 20201 heure
Benjamin Griveaux candidat à la mairie de Paris a choisi de se retirer de la campagne des municipales après la diffusion sur les réseaux sociaux de photos et de vidéos intimes.

Benajamin Griveaux, ancien porte-parole du gouvernement, candidat à la mairie de Paris s’est retiré de la campagne des municipales le 14 février 2014 après la diffusion de vidéos où on le voit se masturber qui a tourné sur les réseaux. Le revenge porn a déjà atteint les célébrités, mais c’est la première fois qu’il atteint les politiques en France. La sextape se démocratise : 1 français sur 10 a déjà filmé ou serait prêt à filmer ses ébats sexuels, et chez les moins de 25 ans, les sextapes ou les nudes concernent 1 jeune sur 6. 

2 839 plaintes ont été déposées en 2019 pour des diffusions d’images ou de documents sexuels, ça fait 8 par jour mais il faut aussi prendre en compte toutes les fois où il y a pas eu de plaintes. C’est puni par la loi : jusqu’à 2 ans de prison et 60 000 € d'amende. C’est peut-être une nouvelle manière de se séduire et de kiffer la vie en couple, mais quand ça devient un moyen de se venger, les conséquences sont souvent atroces pour les victimes. Est-ce que vous comprenez le phénomène des sextapes ou des nudes ? Est-ce qu’on doit plus se méfier du revenge porn ? C’est la question qu’on vous pose ce soir.

 Le revenge porn touche plus les femmes… C’est une autre version du machisme ?

 Est-ce qu’une photo intime peut vraiment être protégée ?

 Des faits sous-estimés parce que « virtuels » ?