MENU
Accueil
Livraisons pendant le confinement : est-ce qu'on est trop égoïstes ?
Écouter le direct

Livraisons pendant le confinement : est-ce qu'on est trop égoïstes ?

Débattle du 22 avril 202015 minutes
Pour commander un transat, des bouquins ou des jeux vidéo il faudra patienter puisqu’Amazon doit se restreindre uniquement aux commandes de produits alimentaires, d’hygiène et médicaux pour éviter les achats abusifs qui pourraient mettre en danger ses livreurs et ses salariés.

D’après la direction d’Amazon, sur les 9300 salariés français, environ 2000 sont sur le terrain et sont en sécurité mais dans les faits c'est plus nuancé. Les entrepots français d'Amazon sont fermés jusqu'au 25 avril 2020 suite à une décision de justice imposant à la firme américaine de ne livrer que des produits de première nécessité sous peine d'une amende d'1 millions d'euros par manquement.   Les livreurs à vélo sont eux aussi en première ligne (Deliveroo, UberEats, JustEat ou d’autres plateformes) et leur statut précaire les oblige à aller travailler pendant le confinement.  Ils se retrouvent donc exposés au Covid-19 et certains disent qu’ils prennent un risque trop important par rapport à ce qu’ils livrent, même si des mesures ont été mises en place comme la livraison sans contact.  

Notre invité : Jérôme Pimot cofondateur et porte-parole du CLAP (Collectif des Livreurs Autonomes de Paris, dédié à la défense des droits et des conditions de travail des livreurs "auto-entrepreneurs")

 Est-ce que les gens qui se font livrer pendant cette crise sont égoïstes ?

► Quel est le quotidien des livreurs ?

► Qui est responsable de la précarité des livreurs ? Les entreprises ou les clients