MENU
Accueil
Les médias généralistes doivent-ils s’emparer du rap ?
Écouter le direct

Les médias généralistes doivent-ils s’emparer du rap ?

Débattle du 13 septembre 201957 minutes
Le rap et les rappeurs ont toujours eu mauvaise presse en France. Les rappeurs qui vendent le plus et sortent régulièrement des tubes populaires font l’ouverture des JT seulement s’ils se battent, font de la garde à vue ou tombent en prison.

Le rap est le genre musical le plus vendu en France, mais son traitement médiatique reste souvent centré sur les polémiques : la bagarre à Orly, l’octogone, le Bataclan de Médine, Nick Conrad, Black M à Verdun.  Parfois les rappeurs sont invités pour parler de leur œuvre, c’était le cas de Niska sur France Inter, parfois ça tourne à la gêne comme Vald chez Ardisson, ou Niska dans C à vous sur France 5. Ce n'est pas nouveau, depuis la fin des années 70, les médias généralistes ont collé plein d’étiquettes et de stéréotypes sur le hip-hop : misogynie, violence, incitation à la haine, marginalité, matérialisme, racisme anti-blanc… Sur les chaînes d’info en continu, dans les émissions de divertissement, ou dans les émissions culturelles, qu’ils le traitent comme un fait divers, comme un fantasme, comme une « sous-culture d’analphabète », qu’ils en parlent avec mépris ou pour le valoriser, la question se pose : est-ce que les médias généralistes doivent s’emparer du rap ? C'est la battle du soir. 

 Les médias généralistes peuvent devenir des tribunes pour les rappeurs ?

► Alors que c’est la musique la plus écoutée en France et dans le monde, pourquoi est-ce que le rap est aussi mal compris par les grands médias ?

► Qu’est-ce que tu penses de la façon dont sont interviewés les rappeurs dans les grands médias ?