MENU
Accueil
Les jeunes des quartiers sont-ils entendus autrement que par les émeutes ?
Écouter le direct

Les jeunes des quartiers sont-ils entendus autrement que par les émeutes ?

Débattle du 27 avril 202015 minutes
Contrôles ciblés et abusifs, sentiment d’injustice, violences policières, familles nombreuses confinées dans 50m2, manque de revenus, désert médicaux, le confinement met un peu plus en lumière les nombreuses inégalités qui subsistent en banlieue.

Il y a 1 500 quartiers prioritaires en France, où vivent 4,8 millions de personnes (7 % de la population). 76 % des habitants des quartiers vivent dans un logement social, 40% vivent dans la pauvreté, et le taux de chômage des jeunes dépasse 40 % dans certaines villes. Avec les violences policières, il y a eu des affrontements entre les jeunes et la police dans certains quartiers : à Aulnay-sous-Bois, Gennevilliers, Evry, Saint-Denis, Lyon, Strasbourg ou encore à Rouen. Les structures qui rendent la vie possible ont été fermées avec le confinement : il n'y a plus d'écoles, plus d’équipements sportifs par exemple, et c’est la solidarité qui a pris le relai dans ces quartiers où il y a moins de médecin qu’ailleurs, grâce au travail des militants associatifs, des médiateurs, des éducateurs.

Notre invité : Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois 

 Est-ce que le risque d’émeutes est réel ?

 Beaucoup de ceux qui font tenir la France aujourd’hui viennent des quartiers populaires. On va enfin se rendre compte de la réalité et de ce que les quartiers apportent à la France ?

 Cette crise c'est l'occasion d'enfin valoriser les quartiers ?