MENU
Accueil
La souffrance des infirmier(e)s est-elle entendue ?
Écouter le direct

La souffrance des infirmier(e)s est-elle entendue ?

Débattle du 12 mai 202128 minutes
12 000 départs d'infirmiers et d'aides-soignants (démissions, retraites, fin de contrats) ont eu lieu ces derniers mois d'après une enquête de la Fédération Hospitalière de France.

Le 12 mai, c’est la Journée mondiale des infirmières. Depuis que le Covid s’est installé, les soignants et notamment, les infirmières sont en première ligne. Elle sont épuisées et mal payées par rapport à nos voisins européens. En mai 2020, le gouvernement a annoncé qu’il était prêt à « refonder » le système de soins en France, et le Ségur de la Santé en juillet 2020 a débouché sur plusieurs annonces, notamment au niveau des salaires. Néanmoins, les soignants redoutent que la situation de l'hôpital public reste la même qu’avant. Dans les grèves et les manifs, c’est toujours les mêmes demandes : une hausse des effectifs, mais aussi une réforme de la gouvernance et du financement des hôpitaux, avec l’idée qu’il faut faire passer les besoins des patients en priorité au lieu de gérer les hôpitaux comme des entreprises. Aux urgences, le nombre de patients augmente chaque année de 10%, et dans le même temps on demande aux hôpitaux de faire des économies. Beaucoup pointent un autre problème : aujourd’hui le budget des hôpitaux est de 84 milliards d’euros et 35% de ce budget va dans des boulots administratifs. Depuis la rentrée 2020, 8 hôpitaux sur 10 sont toujours en recherche de soignants, près de la moitié des infirmiers se sentent en situation d'épuisement professionnel et 40 % d’entre eux disent que cette crise leur a donné envie de changer de métier. La France les a applaudit tous les soirs pendant 2 mois, mais la troisième vague leur sape le moral. 

 Un métier sous-estimé ?

 Comment on peut soutenir les soignants à part applaudir ?

 Est-ce qu’une logique budgétaire, de gestion, peut s’appliquer à l’hôpital ?