MENU
Accueil
La mémoire de la colonisation est-elle suffisamment entretenue ?
Écouter le direct

La mémoire de la colonisation est-elle suffisamment entretenue ?

Débattle du 15 octobre 20201 heure
Le 6 octobre 2020, les députés français ont approuvé à l'unanimité un projet de loi restituant au Sénégal et au Bénin des biens culturels pris par la France à l'époque coloniale au titre de butins de guerre.

Entre le 16ème  et le 20ème siècle, la France a colonisé 84 territoires et 18 de ces territoires sont restés français (dont la Martinique et la Guadeloupe par exemple). La France a colonisé l’Afrique subsaharienne, qui constituait 80 % de ce fameux « empire », l’Indochine, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, mais il y avait aussi les Comptoirs des Indes, des Mandats sur la Syrie et le Liban, les Antilles, la Guyane, et des îles de l’Océan Indien et du Pacifique. Le documentaire « Décolonisations, du sang et des larmes » diffusé sur France 2 début octobre 2020 rouvre le débat sur la mémoire de la colonisation, avec des archives peu connues et les témoignages des enfants et petits-enfants de de civils et de soldats colonisés, parce qu’entre 1939 et 1944, près de 140 000 Africains ont servi dans l'armée française. Le débat sur le passé colonial revient de plus en plus depuis quelques années : sur les massacres absents des livres d’histoire, sur la restitution des œuvres d’art volées aux pays colonisés, sur le déboulonnement des statues… En 2017, Emmanuel Macron avait déclaré que la colonisation était « un crime contre l’humanité » et il avait reconnu en 2018 l’existence d’un système de torture organisé en Algérie, mais ça ne fait pas tout : les intérêts français en Afrique sont encore présents à travers ce qu’on appelle la Françafrique, les Africains ne possèdent rien ou presque de leur patrimoine, et rien qu’à Paris, il y a 200 rues sur 6 000 qui rendent hommage à la colonisation. 

 Assiste-t-on à la fin d'un tabou ?

 Comment transmettre le passé colonial aux générations d'aujourd'hui, sans effacer l’histoire ?

 Qui est responsable de cette mémoire ?

Notre invité : David Korn Brzoza, auteur, réalisateur de documentaires historiques dont « Décolonisations : du sang et des larmes »