MENU
Accueil
Freeze Corleone : les plateformes doivent-elles le boycotter ?
Écouter le direct

Freeze Corleone : les plateformes doivent-elles le boycotter ?

Débattle du 22 septembre 20201 heure
Le parquet de Paris a ouvert, jeudi 17 septembre, une enquête pour « provocation à la haine raciale » et « injure à caractère raciste » visant plusieurs clips et sons de Freeze Corleone après que la Licra ait dénoncé le rappeur via un montage de plusieurs de ses clips sur Twitter.

Plus de 16 millions de streams, des feats avec Alpha Wann, Stavo, Alpha 520, Despo Rutti, Stavo ou le Roi Heenok : La Menace Fantôme de Freeze Corleone fait un carton. Il est aussi au centre d'une polémique depuis que le parquet de Paris a ouvert, jeudi 17 septembre 2020, une enquête pour "provocation à la haine raciale" et "injure à caractère raciste". La LICRA a dénoncé l’antisémitisme de certains textes de Freeze Corleone en disant qu’il "faisait un business de son obsession des juifs". Universal Music a cessé de collaborer avec lui, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a dénoncé "l’apologie du nazisme et antisémitisme", Deezer a retiré 2 titres de Freeze Corleone et YouTube a enlevé 2 clips. 

 Le rap est stigmatisé ?

 Est-ce que des figures politiques doivent nous dire quelles sont les intentions d’un artiste ?

 Les propos de Freeze Corleone tu les condamnes ?  

Notre invitée : Rachel Khan, auteure, actrice, co-directrice de La place