MENU
Accueil
Faut-il boycotter les plateformes de livraisons (UberEats, Deliveroo) ?
Écouter le direct

Faut-il boycotter les plateformes de livraisons (UberEats, Deliveroo) ?

Débattle du 17 septembre 201959 minutes
De nombreux livreurs de la plateforme Deliveroo se sont mis en grève en août 2019 pour protester contre la baisse du tarif minimal par course.

Deliveroo, Uber Eats, Stuart, Glovo, Just Eat, font travailler des livreurs à vélo. Ils ne sont pas salariés, ils n'ont pas d’indemnité chômage ni de protection sociale en cas d’accident. En 2018, Deliveroo a réalisé un chiffre d’affaire de 275 millions de dollars et Uber de 1,3 milliards de dollars. UberEats c’est 25 000 coursiers dans 141 villes en France, et Deliveroo 11 000 coursiers dans 200 villes françaises. Deux points de vue s’affrontent : certains parlent d’esclavage moderne et d’autres expliquent que les plateformes de livraisons donnent la possibilité d'accéder librement et rapidement à un travail. D’un côté cette « ubérisation » de la société nous isole en tuant la communication, et de l’autre elle nous rend la vie plus simple… Est-ce qu’il faut boycotter les applis de livraison comme UberEats et Deliveroo ? C'est la battle du soir

 Tu comprends la colère des livreurs / coursiers ?

 Il faudrait que les livreurs aient un contrat de travail et le statut de salarié, avec des congés payés, assurance maladie et droit au chômage ?

 Les livreurs appellent les clients au boycott, tu te sens solidaire ?