MENU
Accueil
Black Lives Matter : 1 an après, qu'est-ce qui a changé ?
Écouter le direct

Black Lives Matter : 1 an après, qu'est-ce qui a changé ?

Debattle du 03 juin 202132 minutes
En 2020, les 8 minutes et 46 secondes d’agonie de Georges Floyd, filmées en direct sur Facebook, ont déclenchés des manifestations partout dans le monde autour du mouvement Black Lives Matter aux Etats-Unis.

Le 25 mai 2020,  Georges Floyd, un noir de 46 ans, est mort lors de son interpellation à Minneapolis par des policiers blancs. Les 8 minutes et 46 secondes d’agonie de Georges Floyd, filmées en direct sur Facebook, ont déclenchés des manifestations partout dans le monde autour du mouvement Black Lives Matter aux Etats-Unis, en France, mais aussi à Londres, Berlin, Rome, au Brésil, en Colombie, au Canada ou en Nouvelle-Zélande. Les plus grands sportifs, les rappeurs américains et français ont pris la parole, les grandes marques comme Nike, Adidas, Netflix, Spotify ont appelé leurs clients à se ranger du côté de la communauté noire. On a eu le sentiment qu’une prise de conscience mondiale était en train de naître autour d’un engagement contre le racisme et les violences policières.  En France, le tabassage de Michel Zecler par des policiers en novembre 2020 est venu s’ajouter à la liste des violences policières médiatisées l’année dernière, après Gabriel à Bondy en mai 2020 ou l’affaire des policiers racistes de l’Île-Saint-Denis pendant le premier confinement. Une proposition de loi "Sécurité Globale" a beaucoup fait parler, à cause de l’article 24, qui prévoit une peine d’1 an de prison et 45 000 euros d’amende pour les personnes qui diffuseront les images de policiers sur les réseaux. Finalement, le Conseil Constitutionnel a invalidé l’article. C’est quand-même grâce aux vidéos que de nombreuses violences ont été révélées, à commencer par la mort de Georges Floyd et le policier qui a tiré à 7 reprises dans le dos de Jacob Blake aux USA. En France, L'IGPN dépend du ministère de l'Intérieur, ce sont donc des policiers qui jugent d’autres policiers, et seulement 10 à 15% des enquêtes de l'IGPN aboutissent à des condamnations. La France a été critiquée plusieurs fois pour violences policières : par le Parlement européen, le Conseil de l’Europe, la Cour Européenne des Droits de L’Homme et même par des experts de l'ONU qui ont dit que le gouvernement devait arrêter de nier la réalité sur les bavures. L’IGPN a mené 23% d’enquêtes en plus que l’année dernière, plus de la moitié concernaient des violences volontaires commises par des policiers. 

 Est-ce que violences policières et la lutte contre le racisme vont devenir une cause générationnelle ?

 Est-ce que la confiance entre les jeunes et la police peut être rétablie

 C’est quoi la prochaine étape pour changer les choses ?