MENU
Accueil
Paris 2024 : du break à l'école
Écouter le direct

Paris 2024 : du break à l'école

Culture hip-hop du 03 février 20213 minutes
Pour la semaine Olympique et Paralympique, Paris 2024 propose à toutes les écoles de faire du sport avec des athlètes dont les breakeurs de l’équipe de France. Rencontre avec Pestana Bgirl et prof d’EPS qui enseigne le break au lycée.

Pour motiver les jeunes à faire 30 minutes de sport par jour à l'école (ce que préconise L'OMS), Paris 2024 a organisé toute cette semaine des cours à distance et des échanges via des facebook live diffusés dans les établissements. Après une démo et échauffement Bboy Lageat et Bgirl Kami de l’équipe de France de breakin ont donné un cours de Top Rock, la base du breaking et ont répondu aux questions de la basketteuse Emmeline NDongue et des internautes. Bgirl Kami a conclu la rencontre : « On vit dans une période un peu compliquée et faire du sport permet vraiment de s’évader et de retrouver de la force et du moral. Et faire du sport et manger correctement sont vraiment deux choses qui font que la vie va beaucoup mieux ».

Tournagesop 22-13
Tournagesop 22-13

L’idée c’est d’apprendre à mieux connaitre le breaking, la nouvelle discipline olympique et de faire du sport tout en s’amusant. Pour Pestana 28 ans Bgirl et Professeur d’EPS dans un lycée professionnel en région parisienne, la mission était réussie et ses collègues BBoy Lageat et Bgirl Kami ont fait le taf de pédagogie qu’elle enseigne tous les jours. 

Le break à l’école commence à se démocratiser, c’est une activité nouvelle que peuvent proposer les prof d’EPS. Les Académies de Lille et de Paris ont des sections hip hop dans certains lycées, il y a même des battles organisés par l’Union National du Sport Scolaire (l’UNSS). Pestana est référente breaking au sein de la Fédération Française de Danse, et quand la finaliste du Battle of the Year en 2016 donne son cours d’EPS, ses élèves sont impressionnés « Les élèves quand ils me voient faire ils disent whoua c'est quoi cette prof elle est trop forte; , du coup ça les motive forcement parce qu'ils ont accès à une discipline  qu'ils aiment qu'ils regardent sur youtube dans les clips et en plus ils le font à l'école, ils en redemande donc c'est l'objectif". Le break à l’école c'est plus qu'une activité sportive » Quand un élève se moque d'un autre élève, il doit continuer parce que c'est un battle on doit rester concentré. Je leur  apprends à se respecter, à passer devant les autres sans se moquer, à gérer leurs émotions. Ce sont des qualités que je défends dans ma séquence de hip hop avec mes élèves.

Bgirl Pestana (crédit photo : Arnooo)
Bgirl Pestana (crédit photo : Arnooo)

Pestana définit le breaking  :  Cette discipline mobilise toutes les qualités physique d'un sportif au service de notre art ». Enseigner le break c’est enseigner un art et pour ça Pestana a rédigé les nouveaux programmes lycée au niveau de l'Académie de Créteil pour aider ses collègues à proposer des séquences battles. « C'est en train de se construire au niveau du break, l'idée c'est de hiérarchiser les mouvements au niveau de la pédagogie pour qu'un enseignement puisse avoir les appuis nécessaire. Et il y a des livres aussi comme "Zoom" de Rashead Amenzou qui fait apprendre l'histoire et les mouvements de cette discipline. "Danses Hip Hop "de David Bérillon Thomas Ramires et Lahcen Mustapha vient de sortir et  c'est un bon appui pour que les enseignants puissent s'y mettre sans faire n'importe quoi".

capture écran de la couverture du livre "Danses HipHop, breaking et danses debout
capture écran de la couverture du livre "Danses HipHop, breaking et danses debout

Une semaine nationale consacrée au breaking dans les établissements est en préparation du 15 au 21 mars avec des stages et des échanges sur ce nouveau sport olympique...En attendant  le cours de 30 minutes de break avec Bboy Lageat et Bgirl Kami est toujours dispo sur le Facebook de Paris 2024.