MENU
Accueil
Mystik : "Écrire ça m’a permis d’ouvrir des portes que les hommes ferment"
Écouter le direct

Mystik : "Écrire ça m’a permis d’ouvrir des portes que les hommes ferment"

Culture hip-hop du 09 juin 20213 minutes
Mystik, ancien rappeur et membre du collectif Bisso Na Bisso, anime aujourd’hui des ateliers d’écriture et d’expression libre à but thérapeutique entre autres.

Ghislain Loussingui de son vrai nom a eu une carrière rap riche avec des feat ou des projets aux côtés de Rohff, Keny Arkana, Diam's, les Nèg' Marrons, Soprano et connu notamment le succès  avec morceau "Le Fruit Défendu" avec la chanteuse K-Reen (1999). Mystik membre également du fameux collectif Bisso Na Bisso.

Et c'est au retour d'un événement marquant que Mystik a eu un déclic :  "Lorsque nous étions nominés en Afrique du Sud par Nelson Mandela – paix à son âme pour notre groupe Bisso Na Bisso, il nous a remis un prix du meilleur groupe et du meilleur clip, au retour de ce séjour là, j’ai eu comme l’impression que l’acte d’écrire était vraiment un acte d’amour, c’était un honneur d’écrire. Et moi, je n’avais pas forcément eu de cadre pour ça, j’ai voulu donc donner un cadre aux jeunes de mon quartier, j’ai commencé par proposer des ateliers d’écritures. J’ai décidé d’arrêter le rap en 2013 pour me consacrer aux ateliers d’écritures destinés à des publics à partir de 8 ans__."

Je me suis retrouvé incarcéré et l’écriture m’a permis de dépasser les murs de la prison...

Après le rap, Mystik s’est donc lancé dans la transmission, a passé un Diplôme universitaire de formateur en atelier d’écriture. Il intervient depuis des années dans des centres éducatifs fermés, des établissements scolaires, des maisons de retraite, en entreprise, mais aussi en prison. Depuis 4 ans il est aussi formateur à l'école de la Deuxième chance (LE2C) un dispositif national qui accompagne les jeunes de 16 à 25 ans vers l'emploi et la formation qualifiante. Mystik partage son expérience et pour lui l’écriture a eu un rôle très important. "Écrire ça m’a permis d’ouvrir des portes que les hommes ferment, j’ai eu des moments dans ma vie ou malheureusement au mauvais endroit, mauvaises relations mauvaises rencontres, je me suis retrouvé incarcéré par exemple, l’écriture m’a permis de dépasser les murs de la prison__, m’a permis de me rencontrer de faire la plus belle rencontre que j’ai pu faire, c’est celle de connaître l’homme que je suis vraiment. Avant, j’étais Gislain le mec de tel quartier de telle équipe qui traîne avec telle personne, le rappeur le fils de le frère de. Aujourd’hui, je sais que l’outil que j’ai, c’est vraiment quelque chose qui peut faire énormément de bien à mon pays et c’est ce que j’essaye de faire au quotidien."

Mystik
Mystik

C’est de la réparation émotionnelle, c’est vraiment permettre aux gens de mettre des mots sur des maux.

« Un stylo, une feuille, un sourire » est le nom de son atelier bienveillant qui s’adresse à tous "Ce ne sont pas des ateliers de rap, c’est vraiment des espaces de libre expression pour des gens qui jute aiment écrire, ou des gens qui ont peut-être la panne de la page blanche ou des gens qui veulent simplement écrire autrement. J’interviens dans des structures qui hébergent des mamans, qui savent ce que c’est malheureusement la violence conjugale et je propose des moments où elles sont avec leurs enfants, c’est de la réparation émotionnelle, c’est vraiment permettre aux gens de mettre des mots sur des maux__, c’est très sérieux et ça reste des moments ludiques malgré tout."

Mystik a aussi écrit 4 recueils de poésie, il finit son premier roman, toutes les infos sur son insta et sur son site.