MENU
Accueil
A'salfo (Magic System) : "Le rap Ivoire apporte une valeur ajoutée au rap tout court"
Écouter le direct

A'salfo (Magic System) : "Le rap Ivoire apporte une valeur ajoutée au rap tout court"

Culture hip-hop du 13 septembre 20213 minutes
A’salfo de Magic System a réussi à faire du Femua le plus gros festival d'Afrique de l’Ouest, la 13 éme édition a eu lieu du 07 au 12 septembre à Abidjan en Côte d’Ivoire, l’occasion de s’intéresser au Rap Ivoire.

Le FEMUA, le festival des musiques urbaines d’Anoumabo. (Anoumabo est le village d’où est originaire A'salfo) est une énorme fête de la musique d’une semaine avec des têtes d’affiches et des artistes à découvrir dans différents styles musicaux : musiques traditionnelles, zouglou, coupé décalé et rap. 

Le rap ivoire est le nom que l’on donne au rap de Côte d’Ivoire, un style de rap qui a sa propre identité comme l’explique A'salfo Magic System "L’ivoirien ne parle pas l’anglais pour parler comme Jay Z, il n’a pas le Français académique et soutenu d’MC Solaar, donc l’Ivoirien ne peut rapper qu’en Nouchi, un argot ivoirien ce que l’ivoirien comprendra. Aujourd’hui quand j’écoute tous ces jeunes, je vois la hargne que ces jeunes ont, la fierté qu’ils ont à parler leur langue et de la faire écouter à d’autres personnes__. Le rap ivoire apporte une valeur ajoutée au rap tout court. "

Le Nouchi, la langue nationale de Côte d’Ivoire est utilisée notamment par le groupe de rap numéro 1 les Kiff No Beat. Les membres du groupe font désormais des carrières solo et nous avons retrouvé Elow'n à Abidjan, il prend le temps de m’expliquer le nouchi, "S’enjailler, c’est enjoy en anglais, le nouchi vient d’un peu partout, Kaaris, il a fait un morceau Tchoin, c’est du nouchi. C’est aussi un Français très contracté__". Le rap a fini par s’imposer en Côte d’Ivoire grâce à la persévérance des Kiff No Beat "On a commencé en 2010 mais c’est devenu plus simple à partir de 2015, avant ça il n’y avait pas de rap, il n’y avait que du Zouglou ou coupé décalé d'ailleurs au début, on rappait sur des instru coupé décalé, on s’est rapproché du public comme ça et ça a marché" C’est en écoutant Sexion D’assaut sur les bancs de la fac qu’Elow’n a décidé de se lancer dans le rap. Quelques années plus tard, il a fait un son avec Black M, mais n’a encore jamais rencontré Maitre Gims celui qu’il écoutait en boucle. "Le rap a changé ma vie parce qu’à la base, je suis timide et grâce au rap, j’arrive à me tenir devant des gens parfois jusqu’à 50 mille personnes comme au concert en Guinée. "

Un autre membre du groupe Kiff No Beat, Didi B a signé il y a quelques mois avec le label de Booba 92I AFRIKA "Je suis conscient que c’est un gros boulot, depuis que j’ai commencé à travailler avec eux, j’ai reçu au moins 30 instru on bosse. Je suis aussi allé en studio à Paris avec Dany Synthé et d’autres beatmakers, je suis content de ma nouvelle manière de travailler, je pense que je méritais__."

L’album solo de Didi B devrait arriver au mois de décembre, un album riche et festif à la fois "J’ai envie de dire aux jeunes comment être déterminé à avoir ce qu’on veut, à avoir de l’ambition. Moi, j’ai forcé les occasions, je défendais mon groupe partout, je n’attendais pas dans mon coin en espérant un jour que ça marche. Il faut créer sa chance, c’est le message que j’essaye de faire passer"...

Vegedream une des têtes d’affiche de la 13 eme édition du Femua, a toujours été attentif à la scène culturelle urbaine de son pays d’origine. "Tout le monde à un œil sur l’Afrique parce que c’est le futur, les gens s’en aperçoivent que maintenant, on s’inspire de tout ce qui se fait en Afrique. Après mon prochain album, je vais commencer à donner beaucoup de force aux frères qui sont ici. Ils n’ont pas de moyens, mais ils font des trucs de fou alors imagine s’ils avaient les moyens."

Andy S, 24 ans la rappeuse ivoirienne met toutes les chances de son côté pour avoir une carrière au-delà des frontières de son pays "Mon rap c’est un rap de bonne qualité, structuré, bien écrit avec des punchlines que tout le monde peut comprendre pas uniquement les Ivoiriens." Andy S est déjà dans les oreilles de pas mal de producteurs du côté des Etats Unis ou de l'Afrique du Sud. Elle n'hésite pas à se frotter aux autres rappeurs "Je m'appelle aussi King Pepita parce que Queen ça fait que game féminin alors que moi ma devise c’est "le rap n’a pas de sexe" du coup si je dis King, on sait qu’on peut me comparer aux garçons". Andy S aimerait suivre l'exemple d'A'salfo et créer son propre festival, une scène pour tous les rappeurs et rappeuses de Côte d'Ivoire.

Bien d'autres rappeurs talentueux font la richesse du rap ivoire, pour les écouter et les découvrir rendez vous dans l'émission de rap francophone sur Mouv' Rapophonie tous les samedis à 2200 avec DJ Serom.