MENU
Accueil
"Moon" : une BD poétique sur l’adolescence
Écouter le direct

"Moon" : une BD poétique sur l’adolescence

A la page du 22 avril 20224 minutes
Dans un village de la Méditerranée déserté par les touristes, une panne de réseau oblige les adolescents à affronter leur vie, leurs familles et leurs personnalités...

Moon  est une BD pas comme les autres.. Tout commence dans un village anonyme au bord de la Méditerranée. En juillet et en août, les rues et les plages sont blindées, mais une fois les grandes vacances finies, les touristes partent et le village se retrouve vidé. Le bord de mer est désert, le camping fermé et les jeunes sont « condamnée à tuer le temps en attendant l’été suivant ». Pour les collégiens, le retour à leur vie normale se fait tant bien que mal, entre les clopes et les bouteilles de bière sous l’arrêt de bus, les zones en skate ou en scooter et les balades le long du toboggan aquatique abandonné. Ils s’appellent Tom, Sofian, Mel, Gabriel, Luna, Loïc et trompent l’ennui en jouant à la console, en matant du porno, en jouant aux jeux vidéo en ligne ou en s’envoyant des messages sur Snoop (un réseau social inventé par l’auteur). A la rentrée, ils font le bilan de l’été : qui est sorti avec les touristes, qui a posté quelle photo sur les réseaux, qu’est-ce qu’il y a à la cantine, qui est dans quel clan, qui a honte de se mettre en maillot pour le cours de piscine – bref la vie au collège, jusqu’à ce qu’une photo intime de Luna, la « princesse du collège », fuite sur les réseaux. Tout le monde la fait tourner, mais quelques minutes après le post, un orage s’abat sur le village et foudroie l’antenne-relai. Résultat : plus de réseau pendant minimum 2 semaines… Ça veut dire plus de téléphone, plus de gaming, plus de YouTube, plus de vie sociale…

 Les ados vont devoir réapprendre à vivre sans internet…Dans ce coin perdu où il n’y a littéralement rien à faire, ils ne peuvent plus comparer leurs likes et leur réputation en ligne. Pour eux, une certaine idée de l’enfer. Certains taguent sur les murs, d’autres essaient de ressortir des vieux jeux de leur enfance, mais c’est un échec… Quand un des ados demande « qu’est-ce que tu fous de tes soirées toi ? », l’autre lui répond : « Je m’emmerde ». Ces deux semaines vont impacter la vie de tous, leurs rapports avec leurs parents et leur relations, en particulier celle de Luna et du héros Gabriel, que tout le monde appelle Cosmos, parce qu’il est toujours perché. La mère de Gabriel est morte deux ans auparavant. Il vit seul avec son père, qui lui interdit d’avoir un téléphone et qui n’a pas toujours pas fait le deuil de sa femme. Cosmos collectionne aussi les canards en plastique trouvés sur la plage. Solitaire, renfermé, il se fait frapper et harceler par les gros bras du collège jusqu'à ce que Luna, qui se fait frapper par son père, change le regard qu’elle porte sur Cosmos. Comme eux, les ados du village vont inventer une nouvelle manière de socialiser. Certains vont se rapprocher, d’autre se découvrir, et ils vont imaginer tous ensemble un évènement particulier…

L’auteur, Cyrille Pomès, a publié plusieurs reportages pour La Revue dessinée, Arte et Amnesty International, et cette influence se ressent dans les dialogues et les attitudes des ados, hyper réalistes. Les chapitres sont entrecoupés de doubles pages qui montrent des paysages vides, le plongeoir et la piscine abandonnée, la fête foraine à l’arrêt... C’est comme un confinement, avec des ados coupés du monde qui apprennent la vie et passent à l’âge adulte dans une atmosphère mélancolique. Moon est une lecture émouvante, qui aborde plusieurs thèmes : comment surmonter un décès, le harcèlement, la confiance en soi, l’amitié, l’amour, tous passés dans la machine à laver émotionnelle de l’adolescence. On en ressort un peu avec la même sensation qu'une saison d'Euphoria : cette impression qu’on ne vit jamais les choses aussi intensément qu’à cet âge-là, et que même quand elle se trompe, la jeunesse a toujours raison.

Moon, éditions Rue de Sèvres
Moon, éditions Rue de Sèvres