MENU
Accueil
American Flagg, le comic mythique est enfin traduit en français
Écouter le direct

American Flagg, le comic mythique est enfin traduit en français

A la page du 12 novembre 20215 minutes
Œuvre exigeante et mythique du comic US, American Flagg nous plonge dans un futur pas si lointain, où le monde a été anéanti par le capitalisme et dans lequel la télévision, la violence et la corruption règnent en maîtres.

American Flagg d’Howard Chaykin a révolutionné la bande dessinée américaine, au même titre que Watchmen d’Alan Moore et The Dark Knight Returns de Frank Miller. Les éditions Urban Comics ont réuni les 12 premiers épisodes et les lecteurs français peuvent enfin découvrir cette œuvre mythique publiée en 1983. L’histoire nous plonge en 2031, dans un monde anéanti. En 1996, une crise économique, sociale et sanitaire a entraîné des émeutes de la faim et des révolutions partout dans le monde. L’élite économique a composé un gouvernement mondial, le Plex, qui dirige la terre depuis Mars. Le territoire américain est organisé en centre commerciaux gigantesques, et les villes sont le théâtre de guerres civiles. Toutes les télécommunications sont contrôlées depuis la lune. Les chaînes de télévision produisent des programmes ultraviolents et interactifs, notamment « Bob Violence », une émission bourrée de messages subliminaux qui déchaîne la violence des gangs tous les soirs à 21h. L’intrigue se déroule à Chicago, une ville ravagée dans laquelle débarque le personnage principal, Reuben Flagg, la star d’une série télé porno soft dont il a été viré pour être remplacé par un hologramme. Il arrive sur terre pour intégrer les forces de polices, les Plexus Rangers, qui portent des blousons en cuir, des bottes rouges et font usage d’électro-poings pour mettre les émeutiers KO. A mesure qu’il découvre l’atrocité qu’est devenue la vie sur terre, Flagg croise plusieurs personnages, dont deux femmes : Mandy, contrôleuse aérienne et fille du chef de la police, ainsi que Medea, fille du maire de Chicago, en couple avec Cyril Farid-Khan, le chef du gang des « guerriers génétiques ». Ah oui, il y a aussi un chat qui parle.

American Flagg, volume 12 (édition US)
American Flagg, volume 12 (édition US)

American Flagg est un monument resté dans l’ombre, parce qu’il était moins grand public, avec un éditeur un peu plus indé (First Comics). Avant de l’écrire, Howard Chaykin a travaillé sur l’adaptation de Star Wars en comic book,  sortie chez Marvel dans le sillage du film en 1977. Pour American Flagg, est marqué par le contexte médiatique et culturel du début des années 80 : les chaînes d’info en continu arrivent avec CNN en 1980, les clips et la puissance de l’image pour les ados avec MTV en 1981 et les blockbusters débarquent au cinéma. La lecture d’American Flagg est assez exigeante parce que Chaykin raconte plusieurs choses en même temps : les effets sonores sont intégrés au texte, des extraits d’émissions télé et de pubs viennent couper les dialogues, ce qui a d’ailleurs poussé l’auteur à donner un conseil aux lecteurs : il faut lire chaque épisode d’American Flagg une seule fois, mais il faut le lire lentement parce qu’en parallèle de l’action, l’arrière-plan permet d’aborder des problématiques sociales et politiques.

Justement, ces préoccupations de 1983 sont très actuelles. American Flagg a été écrit comme parodie de tout ce qui aurait pu arriver dans les années 80, et beaucoup des inquiétudes de son auteur sont devenues presque réelles…  C’est dans les détails de l’univers inventé par Howard Chaykin qu’on les retrouve : des groupes armés sont financés par le gouvernement, les sports sont illégaux, ce qui pousse des chaînes de télévison pirates à diffuser des matchs de basket clandestins, la police tire avec des snowballs (boules de neige glacées qui envoient de la drogue), les affrontements entre les 75 gangs de Chicago sont retransmis en direct à la télé et font des cartons d’audience dans le monde, l’agriculture est automatisée et gérée par ordinateur, les habitants des villes sont répartis en communauté qui ont des revendications toutes plus étranges les unes que les autres, les gens sont fascinés par les armes et les américains sont présentés comme un peuple « d’ivrognes, de drogués et de dégénérés ». On dit souvent des œuvres d’anticipation qu’elles sont « visionnaires », mais American Flagg mérite ce qualificatif. Dans le comic, les banques ont précipité le monde dans la faillite, les grandes entreprises ont tué l’esprit de solidarité entre les citoyens, les programmes télé abrutissants rendent la population accro, les élites économiques sont dépourvues de sens moral et la montée de la violence est présente partout… Il y a un parallèle évident entre la société imaginée dans American Flagg et notre époque : les angoisses autour des catastrophes climatiques, la pandémie, la récession économique, l’addiction aux écrans… On retrouve tout ça dans American Flagg. La grande originalité de ce comic réside aussi dans le parcours du héros, Reuben Flagg, qui évolue sous les yeux des lecteurs. Il commence comme un personnage naïf, très moral et va s’endurcir progressivement au contact de cet univers taré où n'existent que la corruption et la violence. Sa perception du monde change, ses valeurs et ses actes aussi… 

Les droits ont été achetés Luc Besson qui projette d’en faire une série, ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle. American Flagg est un univers violent, très complet, avec un ton grinçant et cynique qui ne va pas être évident à respecter dans une adaptation sur écran. Surtout, plus qu’une histoire et des personnages à raconter, American Flagg est un vrai travail sur l’image, le texte, la narration visuelle – bref, c’est un comic.