MENU
Accueil
"84K" de Claire North : la nouvelle révélation de la science-fiction
Écouter le direct

"84K" de Claire North : la nouvelle révélation de la science-fiction

A la page du 17 septembre 20213 minutes
Dans un futur où tout est régi par la rentabilité, rien n'est illégal, tout peut s'acheter, même la vie humaine. La romancière anglaise Claire North décrit un monde pas si éloigné du notre dans son dernier roman : "84K".

La nouvelle reine de la science-fiction s’appelle Catherine Webb, elle est anglaise, elle a 35 ans et elle a écrit son premier roman à 14 ans et elle a déjà écrit 22 livres ! Elle a 2 pseudos : Kate Griffin quand elle écrit de la Fantasy, et Claire North quand elle écrit de la science-fiction. Son dernier roman s’appelle 84K, il vient de sortir en France. C’est une dystopie, qui décrit un futur où tout est régi par un impératif de rentabilité et par l'argent, où "rien n’est illégal, mais juste cher".  Les droits de l’homme ont été abolis au nom de la lutte contre le terrorisme, et tout a été privatisé : l’école, l’hôpital, la police, les prisons, les impôts… 

Le gouvernement a été remplacé par une entreprise tentaculaire, qui s’appelle La Compagnie, et tout doit être rentable. Par exemple, les enfants malades dans les hôpitaux peuvent être  "rentabilisés" en posant pour des publicités... Les plus pauvres (que la société qualifie de  "parasites") sont quasiment réduits en esclavage et chaque personne a un prix en fonction de son utilité sociale. Quand on commet un crime, il faut simplement payer la facture, qui est plus ou moins élevée selon les circonstances et la valeur de la victime. Les citoyens les plus aisés peuvent voler, tuer, harceler, écraser qqn en voiture, tant qu’ils peuvent payer. Par exemple un homme riche qui viole une femme pauvre peut récidiver sans jamais être inquiété, il a juste à sortir sa carte bleue… 

La critique des dérives de la surveillance et de la société capitaliste où le profit est roi

L’univers qu'elle invente est très sombre ; elle décrit un futur où chacun avance sans faire attention aux autres et sans manifester une once d'esprit critique, un futur qui n'est pas si éloigné de notre présent... Heureusement, il y a un héros, et comme souvent dans les romans de science-fiction c'est un citoyen lambda. Il s’appelle Théo, c’est un employé normal qui a quelques secrets, comme tout le monde en a, pris dans un système trop grand pour lui - un peu comme Néo dans Matrix. Il travaille à l’audit financier des crimes : c’est lui qui détermine la valeur de la victime et combien va payer le coupable. Un jour, son amour d’enfance, qu’il avait perdue de vue, est assassinée (un crime d'une valeur de 84 000 £), puis il apprend qu’elle a une fille. Cet élément perturbateur dans son existence va agir comme un révélateur pour lui, et il va chercher le responsable du meurtre, puis de fil en aiguille va vouloir faire imploser cette société atroce et construire un monde meilleur pour cet enfant.

Tout au long du livre, on navigue entre trois époques différentes de la vie de Théo, avec des flashbacks. C'est un roman qui raconte comment une personne ordinaire, sans aucun pouvoir, est capable de casser les rouages de la grande machine - et c'est assez jouissif. En Angleterre, les critiques ont été dithyrambiques, Claire North est moins connue en France mais elle commence à avoir sa petite notoriété. C’est un livre qui appelle clairement une adaptation sur les écrans, il ne serait pas étonnant qu'un film ou une série sorte dans les prochaines années…