MENU
Accueil
BGirl San Andrea, une étoile du break
Écouter le direct
BGirl San Andrea ( photo: Little Shao)
BGirl San Andrea ( photo: Little Shao)

BGirl San Andrea, une étoile du break

Depuis quelques années la breakeuse française San Andrea s'impose dans presque tous les battles internationaux. Elle fait également partie de la liste des BGirls à suivre pour les JO Paris 2024. "Restez à la maison" signifie se recentrer sur soi et développer sa créativité.

Membre des Rockers Delight, BGirl San Andrea, de son vrai nom Andrea Mondoloni fait partie des meilleurs breakeuses françaises. À 24 ans, elle a déjà remporté plusieurs battes internationaux (Outbreak, The Legists ) et a brillé en finale du Red Bull BC One en 2018. Cette année elle a remporté en duo la catégorie Bonnie & Clyde au battle Hip OPsession. Depuis 4 ans Andrea danse également sur scène avec différentes compagnies.

BGirl San Andrea ( photo: Little Shao)
BGirl San Andrea ( photo: Little Shao)

En attendant de retrouver le chemin des répétitions avec les compagnies Virgule et  Ayaghma, Andrea est confinée chez elle à Montpellier, une période qui pousse la breakeuse à appréhender sa danse différemment :  "Je n'ai pas un grand espace mais c'est suffisant  pour aller au sol, danser et me faire transpirer. Je suis plus posée, plus chill, je prends mon temps, je recherche. Je danse beaucoup sur des sons rap US 90, et d’une manière générale je dirais que je suis plus boombap que funk. Après j’écoute de tout, et ça fait du bien de varier les sons pour  danser, ça ouvre sur de nouvelles directions et façon de bouger. Il m’arrive de mettre des sons très différents de l'énergie Hip hop comme Nina Simone, Sade, Cesaria Evora, Stephen Marley... Je prends ce confinement comme un retour sur moi, j'utilise ce temps libre pour faire de nouvelles choses comme du dessin par exemple et des montages vidéos." 

San Andrea c'est la force tranquille, un mental digne des sportifs de haut niveau. Aussi à l'aise en technique pure qu'en mouvements plus dansés, elle brille par son acharnement et la passion : "Ces derniers temps j’ai eu une nouvelle approche de ma danse. Je me suis orientée vers de nouveaux chemins qui me ressemblent de plus en plus et qui sont naturels pour moi. J’essaie de me perdre un peu dans ces nouvelles sensations, de lâcher prise pour m'amuser et me surprendre.Je me concentre sur la fluidité, le mouvement qui ne s'arrête jamais qui varie sur les différents niveaux". 

Même si elle commence le break à l'âge de 13 ans, Andrea poursuit son cursus scolaire jusqu'à l'obtention de son bac S. Une année de formation dans une école de cirque plus tard, elle se lance complètement dans le bain des battles en parallèle des spectacles : "Ce sont 2 mondes différents, 2 sensibilités différentes. Dans les spectacles on est au service d'un propos et d'un chorégraphe, dans les battles il y a quelque chose de pure au niveau du bboying.". 

BGirl San Andrea ( Photo : Little Shao)
BGirl San Andrea ( Photo : Little Shao)

San Andrea préfère les battles mixtes aux battles 100% Bgirl. En break comme ailleurs, une fille peut affronter un garçon. "Oui dans le break il y a des trucs techniques qui demandent de la force dont je me sers mais ce n'est pas l'essence même du break que de faire des acrobaties. Une fille peut faire beaucoup de choses techniques et un garçon peut être attiré par des choses plus artistiques avec des mouvements plus dansés . Le genre ce n'est finalement pas ce qui définit ta danse__. Le break c'est un art et comme n'importe quel art c'est un moyen de t'exprimer. Tu vas produire quelque chose qui te ressemble, qui est au fond de toi."  Son avenir, elle le voit dans le bboying avec encore de beaux battles en perspective.