MENU
Accueil
Les sites pornos vont-ils fermer en France ?
Écouter le direct
Mains d'une jeune fille qui regarde Pornhub - Jeanne Fourneau / Hans Lucas
Mains d'une jeune fille qui regarde Pornhub - Jeanne Fourneau / Hans Lucas ©AFP

Les sites pornos vont-ils fermer en France ?

Deux associations de protection de l’enfance ont déposé plainte contre les opérateurs français pour fermer les sites pornographiques accessibles aux mineurs.

On en parlait déjà au printemps, mais cela se concrétise : Pornhub, YouPorn… de nombreux sites de porno français seraient menacés de fermeture. En effet, les opérateurs sont pris en justice par deux associations de protection de l’enfance, qui s’appuient sur l’illégalité des pratiques de ces sites quant aux visiteurs des mineurs.

Les sites pornos dans le viseur des associations

L’accès à la pornographie par les mineurs est un sujet longuement débattu. Depuis le 23 avril 2021, la France a mis en place une loi (article 227-24 du Code pénal) obligeant les sites de contenu pornographique à vérifier l’âge des visiteurs avant de leur donner accès au site. En d’autres termes, le fameux "avez-vous 18 ans ou plus ?" ne suffit plus, et la plupart des sites de pornographie sont maintenant dans l’illégalité en France.

Comme le rapporte le Nouvel Obs, deux associations de protection de l’enfance (La Voix de l’enfant et E-enfance) s'appuient sur le fait que la loi française requiert maintenant une réelle vérification de l’âge pour prendre en justice les opérateurs français. Certains sites sont donc menacés de fermeture en attendant de trouver une solution : Jacquie et Michel parient sur My18Pass, tandis que Pornhub renforce ses contrôles et prévoit de proposer un "pass pornhub" à acheter en bureau de tabac. 

Rendez-vous dès vendredi 9 septembre pour l’audience, qui pourrait faire basculer le quotidien des millions de spectateurs français (mineurs) de pornographie. A moins que ces derniers ne se rabattent tout simplement sur des VPN, ce qui empêcherait toute vérification d’identité, même aux mineurs… la toile est décidément une machine difficile à contrôler, et le débat loin d'être terminé.