MENU
Accueil
Oreak : le graffiti-artist est condamné mais soulagé
Écouter le direct
9 200 € pour des tags dans le RER E
9 200 € pour des tags dans le RER E ©Radio France

Oreak : le graffiti-artist est condamné mais soulagé

Initialement, la SNCF réclamait 631 000 € à Oreak pour avoir peint le RER E. Il devrait finalement lui verser beaucoup moins.

C'est le soulagement pour Fabien, alias Oreak . Condamné hier à six mois de prison avec sursis  par le tribunal correctionnel de Melun, il devra aussi verser9 200 €  à la SNCF. Une grosse somme, mais pas autant que les 631 000 €  que lui réclamait au départ la compagnie ferroviaire.

Surnommé "le graffeur aux 2000 tags ", Oreak avait d'abord comparu jeudi 19 mai au tribunal correctionnel de Melun pour « destruction de bien destiné à l’utilité ou la décoration publique en récidive » et « entrée dans l’enceinte du chemin de fer ou sortie par une issue non affectée à cet usage ».

Originaire de Tournan-en-Brie (Seine-et-Marne), le street-artist de 26 ans était poursuivi pour avoir posé ses graffs dans le RER E entre mai 2011 et avril 2012 . Son blaze inscrit le long des rames et des murs des gares entre Paris et le terminus de la branche sud-est, il avait finalement été arrêté par la police des transports en 2012. A l'époque le procureur avait décidé de retenir 33 faits, hier le tribunal n'a retenu quehuit tags et quatres vitres gravées . Pour le reste, Oreak est relaxé.

Maintenant qu'il connaît sa peine, Fabien peut reprendre sereinement ses activités, légales bien sûr. Terminé l'art de rue, il préfère créer grâce à son métier. Oreak bosse maintenant dans l’illustration, l’infographie et le web design. Pas si mal pour un graffeur qui souhaite vivre de sa passion.

Crédit Photo : Cc Flickr