MENU
Accueil
Netflix défend Dave Chappelle après ses propos jugés transphobes
Écouter le direct
Dave Chappelle - au UFC 264 (Jeff Bottari)
Dave Chappelle - au UFC 264 (Jeff Bottari) ©Getty

Netflix défend Dave Chappelle après ses propos jugés transphobes

Après avoir reçu des critiques à l'encontre des propos de Dave Chappelle, Netflix a défendu l'humoriste.

Dave Chappelle est une nouvelle fois sous le feu des projecteurs pour ses propos jugés transphobes. Netflix a pris sa défense pour justifier la présence de son show sur sa plateforme.

Etant donné que Netflix est plutôt connu pour défendre les valeurs féministes et LGBT+, la plateforme de streaming a sans doute déchanté en découvrant qu'un de ses spectacles phares, The Closer de Dave Chappelle, mis en ligne récemment, a fortement contrarié les téléspectateurs.

Dave se déclare TERF et nie la théorie de genre

Pendant son spectacle, l'humoriste, connu pour ses propos qui font débat et son parfois même provocateurs, a enfin déclaré : "le genre est un fait. Chaque être humain dans cette pièce, chaque être humain sur Terre a dû passer entre les jambes d'une femme pour être sur Terre. C'est un fait". Ces propos font totalement fi de la théorie du genre, selon laquelle le genre n'est pas de naissance, mais plutôt une question d'éducation et de choix. 

Et le show-man remet le couvert en insistant : "Je vous demande, pourquoi est-il plus facile pour Bruce Jenner de changer de sexe que pour Cassius Clay de changer de nom?", niant ainsi la douloureuse trajectoire des personnes transgenres pour la mettre en compétition avec une autre oppression. Pour finir, ce dernier prend la défense de l'autrice d'Harry Potter, J.K. Rowling, connue pour ses positions transphobes et conclut - "je suis un TERF" (Trans Exclusionary Radical Feminist), c'est-à-dire un féminisme transphobe.

De quoi faire dresser les poils sur la tête des associations LGBTQ+, qui y voit une attaque envers les personnes trans. De fait, Dave Chappelle est connu pour ses propos parfois borderline : malgré ses multiples récompenses, l'humoriste est très critiqué pour certaines de ses blagues, considérées comme homophobes ou transphobes. Dans son dernier show, il essaye de terminer sur un message de paix envers la communauté LGBTQ+, mais ses propos sont ambigus.

Pour Netflix, cependant, ces propos ne sont pas à assimiler à "un discours de haine", et le groupe a affirmé qu'ils "ne supprimeront pas" le show. En gros, pour la plateforme de streaming, le standupper n'est pas dans la provocation, mais dans l'argumentation et la critique de lacancel culture. Une ligne fine et facile à dépasser, mais que Netflix semble avoir choisie. Le média est même allé jusqu'à suspendre certains employés s'étant introduits dans un meeting pour parler du sujet.

Alors que Netflix voit ses chiffres baisser, l'entreprise essaye peut-être de brasser un public plus large, et d'adoucir son image d'entreprise engagée. Mais il est certain que la diffusion de ce show ne s'aligne pas tout à fait avec les valeurs du géant du streaming, et cela dérange.