MENU
Accueil
Facebook note secrètement ses utilisateurs
Écouter le direct
Facebook note secrètement ses utilisateurs
Facebook note secrètement ses utilisateurs ©Radio France

Facebook note secrètement ses utilisateurs

Comprise entre 0 et 1, cette note permet au réseau social de faire le tri dans ses utilisateurs, et déterminer ainsi leur niveau de fiabilité dans son combat contre les "fake news".

Les "fake News". On en entend autant parler qu'on les voit circuler sur les réseaux sociaux, Facebook en ligne de mire. Alors pour mieux lutter contre les fausses informations, le site de Mark Zuckerberg, ainsi que le rapporte le Washington Post, note de 0 à 1 (depuis près d'un an) la fiabilité de ses utilisateurs.  Mais pas de n'importe lesquels.

En effet, la note est attribuée aux internautes en fonction de ce qu'ils signalent. Par exemple, si une personne conteste systématiquement des contenus aux informations a priori vérifiées , elle se verra attribuer la note de 0. À l'inverse, celles à même de repérer les fausses informations obtiendront la meilleure note. Voilà qui permettrait à Facebook, qui compte 2,23 milliards d'utilisateurs actifs chaque mois, de repérer les individus aux posts douteux, et ceux qui signalent les contenus dignes de confiance.

"La raison pour laquelle nous procédons ainsi c'est parce que nous voulons que notre lutte contre la désinformation soit la plus efficace possible" , a souligné l'entreprise, sollicitée par l'AFP.

Pour rappel, Facebook permet depuis 2015 à ses utilisateurs de signaler des posts litigieux . Un moyen pour lui de mieux remonter la filière des fausses informations. Récemment, le réseau social a d'ailleurs assuré avoir stoppé des opérations de manipulation, qui visaient l'Amérique latine, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, et le Moyen-Orient.

Lutte contre la discrimination

Facebook va également supprimer 5000 options permettant à ses utilisateurs professionnels de cibler au plus près le public de leurs publicités, afin d'empêcher toute discrimination raciale ou religieuse .

"Bien que ces options aient été utilisées de manière légitime pour toucher les gens intéressés par un certain produit ou un service, nous pensons qu'il est plus important de limiter le risque d'abus" , a expliqué mardi le réseau social dans un post de blog.

Une mesure qui fait notamment suite à une plainte du ministère américain du logement qui avait accusé Facebook d'enfreindre la loi en permettant aux propriétaires de logements et aux agents immobiliers d'utiliser son système de ciblage des publicités très précis pour filtrer des clients qu'ils jugeaient indésirables.

On ne peut pas dire que Facebook se repose sur ses lauriers. Au contraire. Le site a même annoncé ce jeudi 23 août, avoir suspendu plus de 400 applications pour suspicion de collecte abusive de données sur sa plateforme. Une réaction au scandale Cambridge Analytica.

Crédit photo : Lionel BONAVENTURE / AFP