MENU
Accueil
Break : en attendant les JO Paris 2024
Écouter le direct
Bgirl Carlota (Photo : Laura Gulli)
Bgirl Carlota (Photo : Laura Gulli)

Break : en attendant les JO Paris 2024

En février 2019, la nouvelle a fait l’effet d’une petite bombe : le breaking pourrait faire partie des quatre nouveaux sports représentés aux Jeux Olympiques à Paris en 2024 ! En décembre prochain, le Comité international olympique (CIO) rendra sa décision définitive. On fait le point.

Le surf, l’escalade, le skateboard et le breaking sont les 4 sports traditionnels proposés au JO 2024. Si le surf, l’escalade et le skate feront leur apparition aux Jeux à Tokyo prévus en juillet 2021, il faudra attendre les JO de Paris pour espérer voir le break faire son entrée dans la famille olympique. 

Qui représentera la France en breaking au JO Paris 2024 ?  

Même si le programme des Jeux de Paris 2024 sur le breaking n’est pas encore tout à fait défini, certains Bboys et Bgirls français ont déjà été sélectionnés. Le 27 août dernier, un premier rassemblement avait eu lieu à Grande-Synthe dans le Nord. Les Bboys présents étaient Martin, Lagaet, Mounir, Malekino Lil Kev, NastyNath, Mathis, Sofiane, PacPac, Rami, Taz, Enzo, Damani, Sya, Maxoo, Kid Mario, Lucky Matéo. Côté Bgirls, on pouvait retrouver Maessane, Carlota, Sarah Bee, San Andrea, Kami, Mia, Kimie.

Ils font tous partie de la liste des sportifs de haut niveau proposés par la fédération française de danse et validée par le ministère des Sports. Cette liste est évolutive, d’autres breakeurs ou breakeuses peuvent donc intégrer ou sortir de cette liste en fonction des résultats obtenus dans les battles internationaux notamment. A partir de 2021, les championnats de France de break feront partie d’un des critères de sélection pour déterminer le BBoy et la Bgirl pour les JO de Paris 2024. La route des sélections ne sera donc pas si simple ! En attendant, les breakeurs se regrouperont pour un stage d’entrainement de perfectionnement.   

Bgirl Carlota ( Photo : Laura Gulli )
Bgirl Carlota ( Photo : Laura Gulli )

Apparu pour la première fois en 2018 aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de Buenos Aires en Argentine, le breaking a brillé avec une médaille d’argent pour le Français Bboy Martin et une 5e place pour le Bgirl Carlota. Le break devient alors une évidence pour les JO « classiques. » Brice Guyart, en charge de mobiliser et d’impliquer les athlètes sur le projet Paris 2024, et ancien escrimeur (double médaillé d’or olympique) raconte le succès de cette discipline aux portes des Jeux olympiques : « Le break au JO, on en est convaincu, ça apporte une dimension de show, de spectacle et d’interaction avec le public qu’on ne voit pas forcément dans les sports traditionnels. Et puis, c’est important que les Jeux impliquent les jeunes. En France, 80 % des breakeurs ont moins de 18 ans et la France est une nation forte avec les Etats-Unis. L’arrivée du break au JO, c’est un choix naturel ».  

Club Paris 2024 ( Photo : Laura Gilli )
Club Paris 2024 ( Photo : Laura Gilli )

Club Paris2024 : rencontre du 3eme type 

« Toi aussi, fais les jeux » est le slogan des Jeux olympiques de Paris 2024 avec la création d’un club gratuit et ouvert à tous. Cet été, certains adhérents du club Paris 2024 ont pu rencontrer et défier des athlètes tels que Tony Parker, Florent Manaudou ou les breakeurs Bgirl Carlota et Bboy Lageat. « On veut mettre les spectateurs au cœur des Jeux olympiques et paralympiques pour faire vivre la magie des jeux 4 ans avant. On va faire vivre plein d’émotions assez dingues aux membres du club » confirme Romain Lachens, directeur de l’engagement pour Paris 2024. A Grande-Synthe Sarah cheerleadeuse membre du club a rencontré le break pour la première fois : « Je me suis inscrite pour me lancer un défi. Là, je découvre le break avec Carlota. Elle me montre des pas, je trouve ça génial de pouvoir faire un battle juste après. Comme je suis débutante, je ne sais pas ce que ça va donner. » Un battle pas ordinaire avec 8 breakeurs pas vraiment breakeurs, mais une ambiance d’entraide et de partage.

Tout au long de ces quatre ans qui nous séparent des Jeux, tout comme les autres sports olympiques, le breaking sera au cœur des activités avec tous et pour tous.