MENU
Accueil
Au Mexique, les cartels recrutent les jeunes via des jeux vidéos
Écouter le direct
Mains tenant un iphone - Gilles Lambert (unsplash)
Mains tenant un iphone - Gilles Lambert (unsplash)

Au Mexique, les cartels recrutent les jeunes via des jeux vidéos

Le gouvernement mexicain a fait état du recrutement de jeunes par les narcotrafiquants via les jeux vidéos.

Au Mexique, le gouvernement s'inquiète de voir que les cartels recrutent leurs nouvelles recrues via les réseaux sociaux et les plateformes de jeux vidéos en ligne.

Selon le gouvernement mexicain, plusieurs groupes de narcotrafiquants auraient infiltré des jeux vidéos en ligne à des fins de recrutement. La cible ? Les jeunes garçons qui jouent et sont présents sur internet. Ainsi, trois jeunes garçons ont été portés disparus suite à ces tentatives de recrutement, puis retrouvés par la police.

Des milliers de recrutements de mineurs chaque année

Les cartels ne s'en tiennent d'ailleurs pas seulement aux jeux vidéos : si, toujours selon le gouvernement, "il y a des jeux Playstation, Xbox et Nintendo où dans l'anonymat, des individus rentrent en relation et commencent ce processus de persuasion, de recrutement", ces derniers agiraient également sur des réseaux comme Instagram et Tiktok. Derrière ces tentatives d'enrôlement se cache probablement notamment l'un des cartels les plus puissants du Mexique, le Cartel Jalisco Nueva Generacion : en effet, ces comptes sont souvent baptisés avec des références aux initiales de la fameuse bande. 

Selon le réseau pour les droits de l'enfance au Mexique, chaque année, ce serait des milliers d'enfants et d'adolescents qui seraient recrutés par les cartels. Ainsi, un des jeunes garçons disparus récemment s'était apparemment vu proposer la somme de 800 euros par mois pour surveiller la présence de policiers - mais il a été récupéré de justesse par la police. 

Une tendance qui s'accélère, et qui inquiète les parents mexicains. Rappelons que les narcotrafiquants font environ 100 morts chaque jour au Mexique, de quoi donner la chair de poule. Si le gouvernement espère lutter contre cette nouvelle façon de recruter, il semble toujours plus démuni face à la toute-puissance de la mafia.