MENU
Accueil
Sofiane Zermani (Fianso) : "Les Sauvages c'est pas une campagne politique"
Écouter le direct
Sofiane Zermani (Nazir Nerrouche)
Sofiane Zermani (Nazir Nerrouche)

Sofiane Zermani (Fianso) : "Les Sauvages c'est pas une campagne politique"

Après le cinéma et le théâtre, Sofiane Zermani alias Fianso joue pour la première fois dans une série "Les Sauvages", dont les deux premiers épisodes sont diffusés lundi 23 septembre sur Canal +. Rencontre avec le rappeur aux multiples talents.

Mouv' : Comment tu t’es retrouvé sur ce projet ? 

Sofiane : J’ai passé les essais deux fois ! Je refuse pas mal de trucs en série et en film, mais quand le propos mérite d’aller au charbon, je suis fier d’y aller. D'autant plus que là on est dans d'une création Canal +, avec un casting fantastique et c'était l'occasion de bosser avec Rebecca Zlotowski (réalisatrice de Grand Central, Une fille facile). 

Ton rôle est assez intense (Nazir Nerrouche, condamné à de la prison ferme pour incitation à la haine), tu t’es préparé comment ?

La première préparation a été physique. Il a fallu que je perde du poids (-15 kilos pour le rôle), que je me mette à une hygiène de vie très sérieuse pour correspondre au personnage. On voulait un méchant avec une espèce de discipline donc la rigueur physique allait avec. La seconde préparation a été d’oublier tout ce qui pouvait lier mon personnage et moi.

Nazir est un jeune d’origine algérienne qui a grandi dans un quartier populaire, ce qui nous fait un point commun. Mais malgré tout, en terme d’évolution et en devenant adulte, on se retrouve comme deux opposés. Donc pour jouer un "anti-Sofiane", il a fallu que je coupe tous les ponts qui me reliaient à Nazir pour aller dans la peau de ce personnage qui est en totale opposition avec ce que je peux concevoir, cautionner et accepter. 

Les Sauvages est une série qui traite de sujets très actuels en France, comme l'identité française ou l'immigration. C'est ce qui fait sa force ? 

Ce sont des sujets qui nous touchent et qui méritent d'être traités artistiquement. Mais Les Sauvages, ce n’est pas une campagne politique ou idéologique. Alors oui, mettre en scène un président d’origine maghrébine c’est énorme et ça pose la question de : "est-ce que ça serait possible ?" Mais la série ne va pas dans l’encouragement de cette position-. Il ne faut pas oublier que l'on regarde une fiction et si l'on y trouve un parallèle avec certains sujets actuels et que ça peut faire avancer le débat, c’est tant mieux. 

Je n’ai pas regardé de séries pour me préparer

Tu t’es inspiré d’autres personnages de séries pour t’aider comme dans Homeland ou Bodyguard ? 

Non pas du tout, je ne regarde pas ces séries ! Mais c’est la même appréhension dans chacune de mes branches. Quand je travaille, par exemple, sur un album, je n’écoute pas particulièrement du rap avant. Et là, c’est pareil ! J’ai lu les livres Les Sauvages (la série est une adaptation des romans de l'auteur Sabri Louatah) mais dedans, Nazir est en ombre, on ne le voit pas, il n'apparaît pas. Du coup, j’avais l’occasion de confectionner un personnage avec la vision que j’en avais et j’y suis allé vraiment à l’instinct. 

Sofiane Zermani (Nazir Nerrouche)
Sofiane Zermani (Nazir Nerrouche)

Tu as déjà tourné dans un film l’année dernière. Ça change beaucoup de tourner une série ?

Non pas vraiment. Rebecca Zlotowski vient du cinéma donc en réalité, elle a confectionné Les Sauvages comme un film. Je pense qu’on l’a tous considéré comme un long-métrage en fait. Les Sauvages, c’est un film de 6 heures !

Et te retrouver à côté d’acteurs français tels que Marina Fois ou Roschdy Zem, ça t’a plu ?

Énormément ! Je suis tombé sur de la bienveillance, des conseils et ils m’ont aidé. En fait, je pense que je les attendris. Le fait que j’y aille et que j’essaie, ils ont vu que ma démarche était sincère. En tout cas, j’essaie de tout faire pour être à la hauteur et je pense que je m’en sors pas trop mal !

Dès qu'il s'agit de jouer Fianso le rappeur, il faut m'oublier

Théâtre, cinéma, maintenant série… Tu touches vraiment à tout. Tu dois avoir des propositions venant de partout : comment tu fais le tri ?

Déjà, dès que ça démarre dans le cliché, il faut m’oublier. Et dès qu’il s’agit de jouer Fianso le rappeur, il faut m’oublier aussi. Fianso fait des albums, Sofiane Zermani fait des films. 

Tu te vois un avenir dans le milieu du cinéma ?

Je prends les occasions comme elles se présentent. Je n'ai pas encore mis de cadre autour de ce métier. J’essaie de faire ce qui me plaît, quand ça me plaît, au moment où ça me plaît et sans trop me poser de questions. Je suis l’anti-comédien qui irait dans un projet parce qu’il sait pertinemment qu’il serait au Festival de Cannes. Je préfère rester dans une niche, peut-être moins populaire et grand public, mais avec l’estime et le prestige qui vont avec. 

Et la musique alors, un nouvel album pour bientôt ?

Ouais il va falloir qu’on y retourne ! Je suis un artiste à la base donc je pose toute l’année, j’ai des titres... Mais là c’est vrai que ça commence à me gratter ! Va falloir retourner chez So !