MENU
Accueil
"Messiah" : une pétition lancée contre la série Netflix, Tomer Sisley réagit
Écouter le direct
Tomer Sisley, Messiah
Tomer Sisley, Messiah

"Messiah" : une pétition lancée contre la série Netflix, Tomer Sisley réagit

Arrivée sur Netflix le 1er janvier, "Messiah" a crée la polémique, Tomer Sisley réagit !

Sortie sur Netflix il y a à peine 2 jours, Messiah est déjà au cœur de toutes les attentions et surtout des polémiques. Il faut dire que cette série politico-religieuse touche certains points sensibles. Dans un contexte en pleine crise israélo-palestinienne, elle met en scène un homme mystérieux, se revendiquant comme un messie moderne. À ses trousses, une agent de la CIA (Michelle Monaghan) et un agent israélien (Tomer Sisley).

Un projet à caractère provocateur, qui n'a pas manqué de faire réagir certains internautes. Dès la parution de la première bande-annonce, 4000 personnes ont signé une pétition. Ce texte accuse la série d’être une "propagande maléfique et anti-islamique" et appelle à boycotter la plateforme. Pour le créateur de la série, Michael Petroni, elle provoque, mais n'est pas malveillante "la série est provocatrice, mais provocateur ne veut pas dire offensant.__"

Peu après, c'est finalement Tomer Sisley qui a pris la parole dans Le Parisien, afin de répondre aux polémiques. "Les auteurs de cette pétition se trompent évidemment. Si ça avait été une propagande anti quoi que ce soit. Je n’y aurais évidemment pas participé. Les gens qui signent la pétition n’ont même pas vu la série !"

Il explique que la série n'aborde en aucun cas la religion "Elle traite de la manière qu’on a de percevoir les choses (la série). Dans un monde moderne, dans lequel les médias, les réseaux sociaux sont forts. Où une information peut devenir virale en très peu de temps, qu’est-ce qui va vous y faire croire ? Est-ce que vous êtes quelqu’un qui croit ce qu’il voit ou est-ce que vous voyez ce que vous croyez ? Les gens qui signent la pétition font partie de la deuxième catégorie, ils voient ce qu’ils croient." conclut-il. Chacun se fera donc son avis sur le sujet.