MENU
Accueil
Max Boublil : "Play, c'est la chronique d'une vie"
Écouter le direct
Max Boublil - Play
Max Boublil - Play

Max Boublil : "Play, c'est la chronique d'une vie"

Max Boublil est de retour au cinéma, dans "PLAY", la comédie de ce début d'année 2020. Un film qui suit les aventures d'une bande de potes, de leur 15 ans à leur 40 ans. Une jolie surprise, qui met du baume au cœur et nous replonge dans les années 90-2000 avec beaucoup de nostalgie.

Mouv' : Tu as l'un des rôles principaux du film, mais tu as aussi co-écrit le scénario avec Anthony Marciano, d'où vient cette idée ? 

-Max Boublil : On s'est vraiment inspiré de nos vies à tous les deux. Il y a des choses qui m'appartiennent et d'autres qui appartiennent à Anthony. Par exemple, mon personnage a un accident le jour de son permis de conduire et ça m'est vraiment arrivé à moi ! Toutes les pubs qu'on voit, les musiques qu'on entend, les looks, c'est vraiment inspiré de ce qu'on a vécu, j'ai bien connu cette époquelà ! 

Est-ce que tu peux expliquer le principe de narration du film, car pour le coup c'est assez original.

C'est un jeune garçon qui a eu sa première caméra à 13 ans pour son Noël, et qui a filmé toute sa vie jusqu'à ses 40 ans. Et tu passes à travers toutes les époques qu'il a vécu, type le passage à l'an 2000, les jeux d'action ou vérité quand ils étaient petit, le 11 septembre... Jusqu'à ce qu'il grandisse et qu'il soit marié avec des enfants. C'est ça l'idée du film.

Et comment avez-vous eu l'idée du concept ?

On voulait vraiment que le personnage soit immergé dans une époque plutôt que de la vivre comme un spectateur lambda. Mais c'était un parti, car au départ on se demandait si ça allait tenir sur 1h30 de film et au final ça marche plutôt bien ! 

PLAY
PLAY

Et niveau réalisation comment vous avez fait, tout n'a pas été filmé en caméscope et iPhone ?

Non on a vraiment utilisé des caméras de cinéma, mais c'était compliqué car il fallait vraiment tout recréer en s'imprégnant des moyens de l'époque. Mais surtout c'était vraiment une autre grammaire de jeu, il fallait souvent regarder la caméra, faire des plan séquence, parler les uns sur les autres, chorégraphier le tout bien en amont. On a fait beaucoup de répétition pour réussir ça !

Et comment s'est passé le casting, car il y a des acteurs pour chaque époque et le résultat est assez dingue !

On a passé longtemps à rechercher des fratries, des gens qui se ressemblaient et qui pourraient aller ensemble. C'était tout l'enjeu du casting et c'était pas facile parce que c'est très compliqué de trouver des gens qui te ressemblent. Alors il y a eu du maquillage et des effets spéciaux mais le résultat est assez bluffant. Les gens pensent vraiment qu'on grandit devant la caméra, certains viennent nous voir en pensant que c'est nos vrais rushs de vie ! 

Comment vous avez eu une telle alchimie entre les comédiens ? 

On jouait les moments comme si on les vivait vraiment en fait, on a beaucoup répété aussi évidemment. Moi le seul que je connaissais d'avant c'était Arthur Pillu-Périer, et sinon les autres on a vraiment appris à se connaître pendant le tournage. 

A un moment, tu joues le rôle d'un mec de 25 ans, c'était pas trop compliqué ? 

Non ça va vu que j'ai 25 ans dans ma tête c'était pas le plus dur ! Par contre le plus compliqué c'était l'image évidemment. Donc ils m'ont retouché la gueule à l'image, ils m'ont mis des bouts de scotch pour me tirer la peau sur le tournage, c'était spécial quand même ! 

On pourrait le qualifier de film générationnel en fait Play ? 

Oui totalement, c'est ça, c'est aussi une comédie, une comédie romantique, un film sur l'amitié et c'est surtout la chronique d'une vie. Mais malgré le format ça reste vraiment un film de cinéma, avec une vraie histoire, avec des enjeux, avec une fin etc... C'est la forme en fait qui est différente. 

Tu trouves qu'il y a des choses qui ont changé entre les ados des années 90 et les ados de maintenant ? 

Evidemment ! Après, on vit les mêmes choses, les premières fois, les premiers bisous, le bac, la Coupe du Monde... Ce qui change réellement aujourd'hui c'est les réseaux sociaux, c'est vraiment la grosse différence.

2020 c'est un peu ton année, tu reviens au cinéma, mais aussi avec un nouveau spectacle à Paris en Février à L'Européen ? 

Oui j'ai hyper hâte ! C'est génial de remonter sur scène, c'est un kiffe ! J'ai fait des rodages toute l'année dernière et c'est le bonheur. Ça faisait 5 ans que j'étais pas monté sur scène, et je vois que le public a un peu vieilli, et c'est le kiffe de pouvoir faire des vannes de mec de mon âge, d'aller sur des sujets un peu plus crades, un peu provoc, je me suis un peu trouvé là ! J'ai vu qu'il plaisait énormément et j'ai hâte que le public parisien le voit !

Play - En salles le mercredi 1er Janvier 2020