MENU
Accueil
"Emily in Paris" : un "Sex & The City" français attachant malgré ses (nombreux) clichés
Écouter le direct
Emily In Paris (photo : Netflix)
Emily In Paris (photo : Netflix)

"Emily in Paris" : un "Sex & The City" français attachant malgré ses (nombreux) clichés

Les dix épisodes sont disponibles dès aujourd'hui sur Netflix.

Quand les premières images d'Emily in Paris sont sorties, on a eu très peur. Plein feu sur la capitale de l'amour, avec de gros clichés comme on en fait plus type béret sur la tête et croissants à foison. Mais le nom du créateur est apparu, et a rassuré les fans de série puisqu'il s'agit de Darren Star, showrunner iconique de Beverly Hills 90210, Sex & The City et plus récemment Younger. Des séries novatrices en terme de soap romantique, teinté de libération sexuelle des femmes pour Sex & the City. Emily in Paris avait donc tout les atouts pour être la digne héritière de ces séries cultes. 

Emily in Paris suit l'histoire d'Emily Cooper (Lily Collins), jeune femme active de Chicago qui part à Paris pour son travail en marketing. Elle débarque donc dans la capitale, étoiles dans les yeux, avec tout plein de bon sentiment. Sauf que dès le début, Paris est représentée comme une ville fantasme, avec une vision purement américaine de la capitale, et surtout très friquée avec une héroïne de même pas 30 ans qui vit dans un appartement sublime du 5ème arrondissement. Evidemment, elle ne porte que des sapes de créateurs, ne prend jamais le métro et va aux soirées les plus stylées de la ville. On comprend qu'on est clairement là pour rêver, et à la limite pourquoi pas ? Après tout dans Sex & The City, les héroïnes dépensaient tout leur fric en chaussure, et allaient dans les restaurants les plus chics de New-York.

Sauf que là où Sex & The City avait des personnages ultras charismatiques et avant-gardistes, Emily in Paris n'offre que des caricatures des français. Au delà du fait qu'ils soient décrits comme des prétentieux, qui ne font que boire du vin en étant addict au sexe, les personnages principaux sont trop stéréotypés. Entre le beau gosse cuisinier dans le bistrot trop stylé du quartier, la boss d’Emily qui fume des clopes en étant blasée de la vie, ou encore la copine trop sympa héritière d’une marque de champagne… La série n'arrive pas à développer des personnages intéressants. A la limite, les deux seuls auxquels on s'attache vraiment, sont les deux américaines : Emily et sa copine Mindy. Lily Collins arrive à faire de l'héroïne un personnage attachant, un peu trop enjoué à certains moments, mais tout de même solaire. 

Emily in Paris ne ment pas sur ses ambitions : celle d'être une série romantique, qui fait voyager dans la plus belle ville du monde, avec une histoire facile et pas prise de tête. Mais au delà des clichés qu'elle additionne, elle aurait pu tout de même avoir un aspect plus novateur et visionnaire, comme nous avait habitué son créateur Darren Star. Beaucoup de thèmes sont survolés, comme le féminisme, la misogynie ou le sexe, qui sont évoqués sans être creusés. Malgré tout, la série reste un plaisir coupable à binge-watcher sous sa couette, d'autant plus que les épisodes durent 25 minutes. Passé les deux premiers, le temps passe vite et on se laisse prendre à l'univers mignon de la série. 

Emily in Paris, les 10 épisodes sont dispos sur Netflix.