MENU
Accueil
25 ans de "La Haine" : Mathieu Kassovitz dénonce les violences policières
Écouter le direct
Mathieu Kassovitz dans sa vidéo publiée sur Instagram (photo : @mathkasso)
Mathieu Kassovitz dans sa vidéo publiée sur Instagram (photo : @mathkasso)

25 ans de "La Haine" : Mathieu Kassovitz dénonce les violences policières

Le 31 mai, le film "La Haine" fêtait ses 25 ans. Pour l'occasion, Mathieu Kassovitz s'est exprimé sur les violences policières.

C'était l'un des sujets de son film il y a 25 ans : les dérives policières et les bavures. Malheureusement, deux décennies plus tard, le sujet est toujours au coeur de l'actualité et encore plus ces derniers jours. Après le décès tragique de George Floyd aux Etats-Unis, beaucoup de célébrités ont pris la parole pour condamner les actes des policiers.

C'est notamment le cas de Mathieu Kassovitz, qui a alerté sur la situation juste après avoir souhaité un joyeux anniversaire à son film La Haine, sorti 25 ans plus tôt.

Je ne peux pas parler du film sans parler de ce qu'il se passe aujourd'hui

Dans la vidéo, le réalisateur de 52 ans déclare : "Je ne peux pas parler du film sans parler de ce qu’il se passe aujourd’hui, pas seulement aux États-Unis, mais partout dans le monde, les brutalités policières sont toujours d’actualité" avant d'ajouter : "Les seuls responsables des bavures policières sont les politiques. Nous acceptons sans problème que des policiers fassent des erreurs et que des jeunes tombent sous les coups de la police pour différentes raisons. Mais ce que nous voulons c'est la justice." 

Il revient ensuite sur la mort d’Adama Traoré en 2016, et exige que justice soit faite en se montrant solidaire avec la famille Traoré : "Ça fait quatre ans qu’on attend que justice soit faite et on nous explique qu’Adama avait des problèmes cardiaques comme si le fait de lui avoir enfoncé la cage thoracique n’était pas responsable de sa mort [...] ça c'est de la brutalité policière et c'est contre cela qu'on doit se battre." Le réalisateur termine sa vidéo par : "Ça fait 25 ans qu’on survit. Et on va continuer".