MENU
Accueil
10 films de l’ombre pour ambiancer votre Halloween
Écouter le direct
Halloween
Halloween

10 films de l’ombre pour ambiancer votre Halloween

Comme chaque année, le 31 octobre c’est Halloween et comme le veut la tradition, les films d’horreur sont à l’honneur. Petite sélection maison de pépites méconnues.

Halloween, c’est la journée/soirée où les plus petits toquent aux portes pour demander des bonbons, mais pas que. C’est aussi la date dans l’année où vous n’avez pas d’excuse à chercher pour vous faire une bonne vieille soirée cinéma, que ce soit dans les salles obscures ou à la maison. On vous a donc sélectionné plusieurs films à cette occasion. Pour ne pas insulter votre intelligence on a évité les classiques et les "trop" connus pour privilégier les curiosités et ceux qui pour une raison ou une autre sont un peu passés sous le radar. Suivez le guide.

TRICK R TREAT

Sortie : 2007

Histoire : le soir d’Halloween, dans une petite ville, les destins de plusieurs personnages se croisent : un couple, des jeunes filles qui veulent faire la fête, des gosses qui veulent se faire peur, un vieil homme qui refuse de fêter Halloween, un prof qui n’aime pas particulièrement les enfants...

Pourquoi c’est bien ? Il y a plusieurs raisons, comme le casting ou le dosage d’horreur et d’humour mais c’est surtout le format film à sketch, devenu finalement assez rare dans le genre, qui est le vrai bon point du long-métrage. Ça donne une ambiance Contes de la crypte assez agréable à l’ensemble et les croisements entre les différentes histoires sont bien pensés.

HAUTE TENSION

Sortie : 2003

Histoire : Une étudiante révise ses partiels avec sa meilleure amie dans la maison de campagne de celle-ci. Manque de bol, un gros psychopathe déboule, massacre le reste de la famille et kidnappe une des filles tandis que l’autre, qui s’était cachée, les suit pour tenter de sauver son amie.

Pourquoi c’est bien ? L’histoire et le format sont ultra classiques (tueur fou versus jeune fille) mais la mise en scène et la conviction avec laquelle les scènes sont tournées font toute la différence, le titre n’est pas de l’esbroufe : dans certaines scènes la montée de la tension est vraiment très bien gérée, ce qui a permis au réalisateur Alexandre Aja de se faire repérer par les USA. Ah et en plus il y a un petit twist des familles à un moment.

HORRIBILIS

Sortie : 2006

Histoire : Dans un petit bled d’Amérique profonde, un homme est infecté par une substance extraterrestre, se change en créature monstrueuse et transforme à son tour un maximum de ses concitoyens. Un petit groupe de survivants essaie tant bien que mal de combattre cette invasion.

Pourquoi c’est bien ? On est plus du côté de la comédie d’horreur voire de l’hommage à la série Z mais Horribilis est la garantie de passer un bon moment : le design des créatures est bien dégueu, les personnages principaux ne sont pas vraiment des héros traditionnels (certains sont idiots, d’autres lâches, d’autres les deux), les dialogues sont souvent drôles... En plus le film marque la transition du réalisateur James Gunn (aujourd’hui monsieur Gardien de la galaxie) avec le cinéma bis où il a appris tout ce qu’il sait et les productions plus classiques.

WATCH OUT (ou SAFE NEIGHBORHOOD)

Sortie : 2017

Histoire : Compliqué sans spoiler : disons simplement qu’une baby-sitter doit garder un garçon et malheureusement pour eux, c’est précisément ce soir là que choisissent des assaillants pour tenter d’attaquer la maison.

Pourquoi c’est bien ? Parce que contrairement à 99 % des films, Watch Out trompe complètement son public avec sa bande-annonce et la 1ère partie du film. L’intrigue n’a donc rien à voir avec un remake horrifique de Maman j’ai raté l’avion, c’est bien plus vicieux que ça. Et c’est tant mieux.

REC

Sortie : 2008

Histoire : Une reporter tourne un sujet en suivant une brigade de pompiers. Ils sont appelés dans un immeuble qui se retrouve mis en quarantaine à cause d’une mystérieuse infection. Assez logique vu que les habitants commencent presque tous à se transformer en espèce de zombies carnassiers qui coursent tout ce qui bouge.

Pourquoi c’est bien ? Depuis Le Projet Blair Witch, il y a eu pléthore de films d’horreur façon found footage (le principe de faire tout filmer caméra à l’épaule par un personnage et de prétendre que ce que l’on regarde est une "vraie" vidéo). Mais Rec utilise ce procédé pour doper le rythme de la réalisation (en plus hors générique le film dure à peine 1h15 et démarre très vite) et la tension de chaque séquence. Dédicace au gosse du plafond, pour les fins gourmets.

GREEN ROOM

Sortie : 2016

Histoire : un groupe de punk rock fait une date supplémentaire dans un bar-club miteux et sont témoins d’un meurtre en loge. Ils comprennent que les propriétaires du lieu appartiennent à une bande de skinheads (ce qui ne serait jamais arrivé dans un concert de rap, je dis ça je dis rien) qui ont décidé d’éliminer tous les témoins.

Pourquoi c’est bien ? Parce que ça fonctionne sur un huis-clos très bien géré et parce que la réalisation ne triche pas avec la violence et son escalade (coups de couteau, chiens d’attaque etc). Et puis ça rappelle que Patrick Stewart n’est pas juste le papy sympathique qui joue dans X-Men et Star Trek : il fait un chef skinhead très crédible, et pas seulement grâce à sa calvitie.

JEEPERS CREEPERS, LE CHANT DU DIABLE

Sortie : 2002

Histoire : Une jeune femme et son frère découvrent une planque où se trouvent d’innombrables restes humains. Sauf que le propriétaire les grille et se met à leur poursuite. Pire, ce n’est pas un humain mais le Creeper, une créature quasi-immortelle qui se réveille tous les 23 ans pour tueur des humains et leur prélever des organes qu’il intègre aux siens (d’où sa longévité). Autant dire que c’était pas le bon jour pour arrêter la clope.

Pourquoi c’est bien ? La nature de la créature est particulièrement bien exploitée, pour une fois les deux héros ne sont pas juste des têtes de cons dont on se fout totalement et la mise en scène de Victor Salva est très efficace dans les course-poursuites et la gestion de l’obscurité. Si la suite Jeepers Creepers 2 est plutôt marrante, le 3e opus est, lui, malheureusement raté.

MORSE

Sortie : 2009

Histoire : Un gamin souffre-douleur de ses camarades de classe découvre qu’une nouvelle voisine de son âge a emménagé dans sa résidence. Il se lie d’amitié avec elle mais remarque peu à peu qu’elle est étrange. Et pour cause, c’est une vampire.

Pourquoi c’est bien ? Vrai film d’auteur, Morse joue la carte tragique à fond : la condition de l’enfant-vampire est une malédiction et on devine que cela fait de très nombreuses années que ça dure, le jeune héros a une vie particulièrement glauque, leur relation est assez émouvante... Bref pour reprendre un commentaire Youtube sous la vidéo de la bande-annonce "j’adore ce film et je pense que tous les fans de ce film devraient chier dans la bouche des fans de Twilight". 

DEVIL’S REJECTS

Sortie : 2006

Histoire : C’est la suite de La Maison des 1000 morts, donc un petit rappel est nécessaire. Dans le 1er opus un groupe de jeunes touristes était capturé, torturé et tué par une famille de tueurs en série, les Firefly. Ici, la police a découvert leurs agissements et après l’attaque de leur propriété, ils sont en fuite, devenus des fugitifs recherchés par un shérif particulièrement teigneux.

Pourquoi c’est bien ? La bonne idée de ce nouveau volet est de prendre le point de vue des tueurs et d’en faire les "héros" (guillemets de rigueur) du film. Le spectateur est mis dans une étrange position, forcé au bout du compte d’avoir de l’attachement pour ces assassins pervers et sadiques. Joli.