MENU
Accueil
Un proviseur donne le sujet du bac comme sujet de révision à ses élèves
Écouter le direct
La légende : Mid-year exams at Ural Federal University in Yekaterinburg YEKATERINBURG, RUSSIA (Donat Sorokin)
La légende : Mid-year exams at Ural Federal University in Yekaterinburg YEKATERINBURG, RUSSIA (Donat Sorokin) ©Getty

Un proviseur donne le sujet du bac comme sujet de révision à ses élèves

Comme dans un rêve... La proviseure d'un lycée de l'académie d'Orléans-Tours oriente les révisions pour le BAC d'histoire-géo.

On ne l'avait pas vu venir celle-là, une cheffe d'établissement a orienté les révisions des lycéens en histoire-géographie alors qu'ils passent l'ultime épreuve le 20 janvier. Il s'agit du BAC "nouvelle formule" initié par le Ministre Jean-Michel Blanquer, qui a introduit un grand oral et une note de contrôle continu dans l'obtention du diplôme. Maintenant, deux périodes d'examen sont prévues pour ces épreuves communes de contrôle continu (dites E3C) : en janvier-février et en avril-mai. Chaque lycée doit organiser ses propres épreuves et sélectionner les sujets au sein d’une banque nationale.  

Il y a quelque jours, la proviseure du Lycée Vaucanson, à Tours, a décidé de prolonger la période de Noël et à donné des indications pour les révisions, on imagine le regard médusé des lycéens devant leurs écrans en découvrant ce mail via leur espace numérique de travail :

"Bonjour, pour faciliter vos révisions, l'inspectrice d'histoire-géographie me demande de vous préciser que l'épreuve d'E3C de lundi 20 portera sur le chapitre 1, thème 1 d'histoire et sur le thème 1 de géographie."

Les réactions ne se sont pas faites attendre :

A première vue, on peut se dire que la proviseure était sous l'emprise d'un cidre brut mais c'est plus compliqué que ça en a l'air. En fait, les professeurs d’histoire-géographie ont refusé de faire la sélection des sujets demandés par la réforme, en signe de protestation. 

Les inspecteurs sont habilités à intervenir quand un établissement éprouve une difficulté sur la mise en œuvre des épreuves de contrôle continu, les E3C. La cheffe de l’établissement a donc demandé au rectorat de choisir un sujet, puis a conseillé d’orienter les révisions des lycéens sur ces deux chapitres cités dans le mail, comme l'explique Claire Lienhardt, doyenne des inspecteurs d’académie et inspecteurs pédagogiques régionaux :

"L’inspectrice n’a fait que relayer les informations données en formation. Ce n’est ni un partiel, ni un bac blanc. Cela fait partie du contrôle continu régulier des élèves, il est habituel de donner des indications pour les révisions."

Cette réforme est très largement critiquée, à cause du manque de confidentialité des sujets (la banque nationale des sujets est accessible sans aucune règle de sécurité) et le calendrier des épreuves décidé par chaque établissement favorisera les élèves qui passeront en dernier en "ayant connaissance des sujets déjà donnés ailleurs et pourront mieux se préparer". 

La question de l'équité se pose, d'autant plus que le baccalauréat est un diplôme national...