MENU
Accueil
Tunisie : un billet de banque à l'effigie de la première femme médecin du Maghreb
Écouter le direct
Tawhida Ben Cheikh : première femme medecin du monde arabe - BTC Tunisie
Tawhida Ben Cheikh : première femme medecin du monde arabe - BTC Tunisie

Tunisie : un billet de banque à l'effigie de la première femme médecin du Maghreb

Tawhida Ben Cheikh a été choisie pour être l'effigie du nouveau billet de 10 dinars. C'est un symbole fort : première femme médecin du monde arabe et militante de la première heure pour le droit des enfants et des femmes en Tunisie.

La Banque centrale de Tunisie (BCT) a mis en circulation un nouveau billet de dix dinars (environ 3 euros) et c'est une femme qui est mise à l'honneur, c'est la première fois que la Tunisie choisie une femme pour effigie d'un billet de banque et c'est Tawhida Ben Cheikh, la première femme médecin du Maghreb qui prête ses traits. Une femme au parcours incroyable.

Abdelaziz Ben  Saïd, un haut responsable de la BCT a expliqué ce choix :

La docteure Tawhida Ben Cheikh a été choisie, il y a un an, pour lui rendre hommage et aussi pour rendre hommage à la femme tunisienne, particulièrement dans le secteur scientifique.

Effigie du billet de 10 dinars : Tawhida Ben Cheikh, première femme medecin - BTC Tunisie
Effigie du billet de 10 dinars : Tawhida Ben Cheikh, première femme medecin - BTC Tunisie

Tawhida Ben Cheikh a été la première tunisienne à obtenir son baccalauréat en 1929, puis, entame des études de médecine à Paris. De retour en Tunisie, en 1936, Tawhida ouvre un cabinet de pédiatrie, avant de se spécialiser en gynécologie et dirige le premier magazine féministe : Leila, qui se présente comme "une revue mensuelle illustrée pour l’évolution et l’émancipation de la femme musulmane nord-africaine__".

Son engagement pour la cause des enfants et des femmes se traduit par la création de plusieurs associations d’aide aux orphelins, de soins pour les enfants ou d’éducation pour les mères. Elle est la vice-présidente du Croissant-Rouge tunisien. Elle milite pour l’accès à la contraception et à l’avortement (légalisé en 1973 en Tunisie), elle fonde le premier service hospitalier de planning familial et participe à la création de l’école des sages-femmes. Tawhida dirige pendant prés de 9 ans, le service de maternité de l'hôpital Charles-Nicolle puis, jusqu'à sa retraite, celui de l'hôpital Aziza Othmana, il s'agit des deux principaux établissements de santé publique de Tunis. Elle est décédée en 2010 , à l’âge de 101 ans.

Il s'agit du premier hommage que lui rend la Tunisie.

Cette décision, prise il y a plus d'un an, intervient à un moment de nos vies bien particulier, il s’agit d’un double hommage, celui à la femme tunisienne, mais aussi à tous les acteurs du secteur de la santé, qui sont, aujourd’hui, en première ligne du front de la guerre contre le virus du Covid-19.