MENU
Accueil
Ils "photoshoppent" deux femmes sur leur photo de séminaire pour la rendre moins masculine
Écouter le direct
Les deux femmes présentes sur cette photo ont en réalité été incrustées à l'aide du célèbre logiciel de retouche d'Adobe.
Les deux femmes présentes sur cette photo ont en réalité été incrustées à l'aide du célèbre logiciel de retouche d'Adobe.

Ils "photoshoppent" deux femmes sur leur photo de séminaire pour la rendre moins masculine

Ils étaient une quinzaine d'entrepreneurs de la tech' à partir en séminaire en Italie. Quand ils se sont rendus compte que leur photo souvenir était un peu trop masculine, ils ont "photoshoppées" deux femmes. Mais le montage grossier a légitimement attiré la suspicion.

C’était bien essayé. La 30 mai dernier, le créateur de mode italien, Brunello Cucinelli, célèbre pour ses joggings dont les prix avoisinent le millier d’euros, poste sur Instagram la photo d’un groupe d’entrepreneurs de la Silicon Valley, venus lui rendre visite dans le village italien de Solomeo, dans le cadre d'un séminaire. Sur le cliché apparaissent une quinzaine d'hommes, parmi lesquels figurent de grands noms de l'industrie informatique comme le fondateur du site LinkedIn ou le PDG de la plateforme Dropbox. On y voit aussi deux femmes, les PDG d'une entreprise de panneaux solaires et d'un réseau social de live vidéo, mais leurs visages pixelisés et la lumière que reflète leur peau détonnent avec le reste du cliché. 

Une semaine plus tard, le magazine "lifestyle" masculin GQ reprend la photo pour illustrer un sujet sur ledit "Sommet Salmeo". La photographie suspecte attire alors l'attention d'un journaliste de BuzzFeed qui se donne pour objectif de découvrir le pot aux roses. Une rapide comparaison avec les autres photos prises durant le séminaire permet de confirmer que les deux femmes n'étaient présentes sur aucune autre. L'analyse des métadonnées révèle ensuite que le fichier a bien été modifié avec la version 2019 du logiciel Photoshop, mais rien ne prouve qu'un montage a été effectué. Il peut aussi s'agir d'une simple retouche de la lumière ou du cadrage. 

View this post on Instagram

Over the last few days we have welcomed here in Solomeo my friends from the Silicon Valley, a place that is far away in distance but so close to my soul. How could I ever thank these guys, whom I consider the young Leonardos of the third millennium, for coming to visit me to our Solomeo, the Hamlet of the Soul, seat and source of all my dreams, a place where we strive to pursue the highest ideal of an economy imbued with humanity? I see it as a great honour. Together, in these days of friendship and reflection, we have confirmed once again our respect, safeguard and promotion of what has always been seen as the deepest treasure of people, the highest evidence of the original nobility of man, the utmost expression of freedom and moral supremacy: the soul. Although we deal with economic affairs on a daily basis, we have approached the ideals we uphold with the elegance of a noble discussion. Our ideas for the future entail the joy of a technology subject to humanity. The soul feeding the economy has been a dream and a gift of life, before becoming an idea. If the soul was ever imbued with ideals, well, over the past few days we have all felt it inside our heart. If humanism was ever reborn in the heart of our fellow human beings, over the past few days we have witnessed this joyful event. Our thoughts go out to the future of our children and those coming after us, endless happy years, and expression of a fascinating energy. That's why we believe that it’s just fair not to bridle our dreams but rather to plan for centuries, for millennia to come. These days in Solomeo have turned out to be some sort of “Symposium on Soul and Economics”. I want to thank from the bottom of my heart my loving guests who came to honour me with their presence Jeff Bezos, Marc Benioff (attending via a magnificent open letter addressed to the entire group), Ramin Arani, Ruzwana Bashir, Paolo Bergamo, Dick Costolo, Lee Fixel, Reid Hoffman, Drew Houston, Lynn Jurich, Sarah Leary, Alec Ross, Ned Segal, Rob Speyer, Nirav Tolia (who deserves my greatest gratitude for organizing with patience and passion this magnificent meeting), Trevor Traina. #brunellocucinelli #solomeosoulsymposium

A post shared by Brunello Cucinelli (@brunellocucinelli) on

Mais c'est par le biais d'une simple recherche inversée sur Google Images effectuée par un internaute que les intuitions du pure player se confirment : la photo a été retouchée et les deux femmes ont bien été rajoutées.

Suite à ces révélations, Brunello Cucinelli a retiré la photo de son compte Instagram. Un porte-parole a défendu le créateur en expliquant qu'il ne comptait "faire de mal à personne" et qu'il était "désolé".

L'histoire pourrait prêter à sourire si le manque de parité n'était pas l'un des principaux reproches adressés aux dirigeants de la tech'. En 2017, une étude a montré que seuls 6% de femmes étaient à la tête des cinquantes plus grosses entreprises de la Silicon Valley.

[Par Valentin Després]