MENU
Accueil
Sa vidéo avec Will Smith et Salif Gueye fait le buzz, Flashboy nous raconte les coulisses du tournage
Écouter le direct
Flashboy a 20 ans et pratique la danse, le montage vidéo et le beatmaking. Sa vidéo avec Will Smith est une véritable opportunité pour lui de lancer sa carrière.
Flashboy a 20 ans et pratique la danse, le montage vidéo et le beatmaking. Sa vidéo avec Will Smith est une véritable opportunité pour lui de lancer sa carrière.

Sa vidéo avec Will Smith et Salif Gueye fait le buzz, Flashboy nous raconte les coulisses du tournage

Il a tout juste 20 ans et peut se targuer d’avoir tourné avec l’emblématique Will Smith ! Publiée à l’occasion de la sortie du film Gemini Man, la vidéo de danse a buzzé, repostée par l’acteur lui-même. Rencontre avec un jeune homme ambitieux, travailleur et créatif issu de la banlieue parisienne.

Mouv : Bonjour Flashboy ! Filmer une scène avec Will Smith, ce n’est pas rien. Comment tu t’es créé cette opportunité ?

Flashboy : A l’occasion de la sortie du film Gemini Man, Will Smith avait demandé des créateurs de contenus originaux. Paramount a lancé la recherche, ils ont contacté Salif Gueye et moi à part. On a accepté, on se connaît tous les deux. On leur a proposé notre idée qu’ils ont validée ! Une semaine après, on a pris les billets pour s’envoler à Budapest sur un des lieux du tournage. C'est allé super vite!

Mouv : Une fois sur place, comment s’est passé le tournage ? 

Flashboy : On est d’abord arrivé à l’hôtel, on a peaufiné notre petit scénario. Puis le lendemain, l’équipe est arrivée et on est allé sur le lieu de tournage. C’était sur un bâtiment surplombant les bains de Budapest. On avait 15 minutes pour le tournage ! J’avais prévu ce qui allait se passer, tout était bien rôdé. Pour Salif et moi, c’était une grosse opportunité donc on s’est mis dans le mood où il fallait assurer et faire quelque chose de fort. Je me suis bien échauffé. Will Smith te met à l’aise tout de suite ! C’est quelqu’un de vraiment sympathique. On a tout fait en 10 minutes et on a tout tourné deux fois par sécurité. On avait nos points clés mais on a laissé place au freestyle aussi, c’est important pour nous de garder de la spontanéité quand on danse. 

Mouv : Quelle a été votre relation avec Will Smith ?

Flashboy : On a pris cinq minutes pour rigoler un peu et lui montrer quelques pas de danse. Et puis, pour son anniversaire, il nous a invité à sa soirée où il faisait un show. On a pu danser et discuter un peu avec lui en backstage ! Quand je suis rentré à l’hôtel, je me suis mis sur le montage direct. J’ai pas beaucoup dormi (rires). 

Mouv : T’as l’air d’être assez proche de Salif Gueye, comment vous vous connaissez ?

Flashboy : On se connaît depuis deux ans. Je danse et il fait des street shows à Paris depuis plusieurs années. Je suis allé à un de ses street show où son équipe et lui m’ont invité à danser. J’ai gardé contact avec sa team puis j’ai intégré un crew proche de Salif Gueye, La Racine. 

Mouv : Ce n’est pas ta première vidéo, t’en as réalisé d’autres dont une avec Footlocker. Peux-tu nous parler de cette expérience ?

Flashboy : Footlocker m’a contacté. Ils faisaient une collection pour des sneakers colorées. Ils m’ont dit que je pouvais choisir une paire et j’avais quartier libre dans le magasin pour danser. J’ai eu deux heures pour tourner sur le magasin des Champs Elysées puis une semaine pour faire la  vidéo. Après cela, ils m’ont reposté sur leur page Instagram !

Mouv : Dans la vidéo que t’as posté avec Will Smith mais également celle pour Footlocker, il y a plein d’effets spéciaux. C’est toi qui les réalise ?

Flashboy : Oui, je me suis mis à apprendre les effets spéciaux grâce aux tutoriels YouTube il y a deux ans. Je bosse sur After effect en autodidacte. Pendant une semaine t’appuies sur tous les boutons. En faisant n’importe quoi, tu découvres des nouveaux trucs ! C'est comme ça que j'ai appris à me servir du logiciel.

Mouv : D’où vient ton blaze, Flashboy ?

Flashboy : Au départ je voulais avoir une identité visuelle qui marque. Si tu regardes bien sur mon feed Instagram, j’ai choisi une veste réfléchissante au début. Le flash vient de là !

Mouv : En parlant de flash, on en retrouve beaucoup dans tes vidéos. Où est-ce que tu puises tes inspirations ? 

Flashboy : Je me nourris des animés, notamment Naruto. Des jeux vidéo aussi. J’aime bien les clips de rap psychédéliques, je pense notamment à ceux de BRTHR qui ont fait le clip de Goosebumps de Travis Scott. D’un point de vue du montage, ils sont très chauds !

Mouv : Est-ce qu’il y a une anecdote marquante qui t’a donné envie de te mettre à la danse ?

Flashboy : Il y en a deux, oui. Petit, j’ai vu une vidéo d’un mec d’Atlanta qui s’appelle Nonstop, il fait un style de danse qu’on appelle « animation ». Ça été un électrochoc ! J’ai voulu faire pareil. Par la suite, je me suis inspiré des Twins, de Waydi ou encore de Paradox dans le milieu battle hip hop new style. Et puis un peu plus tard, je me suis entraîné dans ma chambre. Je pensais que j’étais fort. Je suis arrivé dans un club de danse où je me suis fait défoncer à la première battle (rires). Je me suis entraîné toute l’année et j’ai gagné la battle de l’année suivante. J’en suis pas peu fier !

Mouv : Comment est-ce que tu gérais les cours à ce moment-là ?

Flashboy : A vrai dire, je séchais les cours pour aller m’entraîner à Paris. C’était risqué… J’ai fini par arrêter l’école, c’était compliqué d’expliquer à mes parents que j’arrêtais les cours pour la danse et la musique !

Mouv : Oui, parce que tu composes toi-même les beats sur lesquels tu danses et qu’on entend dans tes vidéos, si on en croit les légendes de tes posts ?

Flashboy : Exactement ! En fait, j’ai commencé à produire des beats pour la danse. Puis j’ai voulu rapper. J’ai appris à poser et écrire des textes. Je voulais faire un truc unique donc j’ai pris FL Studio, j’ai fait une prod et j’ai continué. Par la suite, j’ai mis le rap de côté et je me suis concentré sur les instrus ! Quand je rentre chez moi, je continue de temps en temps le soir pour ne pas perdre la main. Je garde cette corde à mon arc pour plus tard, j’aimerais proposer quelque chose qui mélange danse, beat et rap. En ce qui concerne mes influences, j’écoute beaucoup de Travis scott, The week end, Young thug, Josman et Laylow.