MENU
Accueil
Montpellier : en grève de la faim pendant 5 jours, un étudiant a été accepté en Master
Écouter le direct
Mehdi Ben Youssef, étudiant en droit, a entamé une grève de la faim devant le rectorat ( capture vidéo)
Mehdi Ben Youssef, étudiant en droit, a entamé une grève de la faim devant le rectorat ( capture vidéo)

Montpellier : en grève de la faim pendant 5 jours, un étudiant a été accepté en Master

Mehdi, étudiant refusé en master avait entamé une grève de la faim pour exprimer son désarroi.

Depuis le vendredi 18 septembre au matin à Montpellier, un étudiant en droit de 26 ans, Mehdi a entamé une grève de la faim en signe de protestation. 

La raison ? Refusé dans le master qu'il convoitait, il se retrouve alors sans possibilité de poursuivre ses études. 

Face au manque de solutions et de prise en charge, l'étudiant en droit décide alors d'entamer une grève de la faim pour manifester son mécontentement mais aussi alerter sur une situation que beaucoup d'étudiants subissent de manière collective. 

« J’ai fait mes trois premières années à l’université de Montpellier. J’ai été refusé en master droit des affaires et en master droit pénal, car, m’a-t-on dit, les capacités d’accueil sont limitées. Ils procèdent à des sélections, mais sur des critères opaques. Et ce n’est pas uniquement l’université de Montpellier, toutes les universités de France sont dans ce cas. Beaucoup d’étudiants laissent tomber. Ce système ne fonctionne pas, et laisse des étudiants motivés sur le carreau. » confiait il à 20 Minutes. 

Faut-il en arriver là pour avoir un master ? 

L’étudiant avait établi son siège de protestation devant le rectorat de la ville espérant obtenir des réponses. Il avait depuis obtenu le soutien du Scum, le Syndicat de combat universitaire de Montpellier qui a relayé l’action sur Twitter.

Au-delà de la situation dramatique de Mehdi, le problème est aussi collectif. Cette année, de nombreux étudiants refusés en master n’ont eu aucune proposition du rectorat, alors que c’est une obligation légale, déclarait le syndicat. 

Un soutien qui a depuis porté ses fruits, ajouté à la détermination de Mehdi. En effet, comme l'indique le rectorat "La mobilisation des services de la région académique et les démarches mises en œuvre ont permis de trouver des réponses à cette situation [Mardi], l’étudiant a reçu plusieurs propositions d’inscription en master adaptées à son parcours et sa motivation, il a accepté l’une d’entre elles, à l’université de Montpellier." 

Une victoire célébrée par le Syndicat de combat universitaire de Montpellier, très impliqué dans le combat de Mehdi. 

Ce sera donc un master en droit des assurances pour Mehdi, qui soulagé a recommencé ce mardi 22 septembre à s’alimenter et à s’hydrater.