MENU
Accueil
Les italiens sidérés par "la légèreté" des français face au coronavirus...
Écouter le direct
Paris - Les Invalides le 15 mars - Les français sortent malgré l'annonce du Premier Ministre
Paris - Les Invalides le 15 mars - Les français sortent malgré l'annonce du Premier Ministre ©Getty

Les italiens sidérés par "la légèreté" des français face au coronavirus...

Il y a encore quelques jours, les français s'agglutinaient dans les parcs, visiblement les français ne comprennent pas le français...Des images qui ont fait réagir nos voisins italiens et pour cause !

Nos voisins transalpins sont en confinement total depuis le 8 mars, la vie s'organise autour de ce nouveau mantra "Tous ensemble mais chacun chez soi", ce que les français ont mis quelques jours à comprendre... Encore le week-end dernier, les français n'avaient pas bien compris le principe de confinement :

Ces images d'insouciance ont fleuri sur de nombreuses timelines et autres fils d'actualité, les italiens les ont vus, et nous l'ont fait savoir, comme le quotidien Il Messaggero qui a titré :

En France, plus de personnes sur les places que dans les bureaux de vote

Le quotidien est stupéfait par l'attitude des français et plus particulièrement par celle des parisiens, qui "n'ont pas compris la gravité de la situation".

Pourtant les allocutions d'Emmanuel Macron et du Premier ministre étaient claires, ils appellent la population à limiter au maximum les sorties et toutes interactions humaines. Et pourtant, nous avons assisté à un "confinement au grand air", en famille ou entre amis, bras-dessus bras-dessous... Nous n'avons pas pris au sérieux les annonces et la gravité de la situation, bilan :

Nos sœurs et frères d'infortune ont voulu nous faire passer un message fort dans une vidéo sous forme de note à eux mêmes : des femmes et des hommes, des quatre coins de l’Italie, ont enregistré un message qu’ils auraient aimé envoyer à leur "moi" d'il y a 10 jours.

On peut entendre des réflexions et de précieux conseils venant tout droit du futur : "Tu as entendu parler du coronavirus, et je suis certaine que tu le sous-estimes." "Je me moquais souvent des gens qui portaient des masques." "Il y a 10 jours, nous avions 2 000 personnes infectées, nous sommes maintenant à 18 000 personnes." "Nous avons pris cela à la légère !" ou encore "Il faut garder notre légèreté d'esprit, mais il faut être sérieux dans nos actions."