MENU
Accueil
Le lycéen menacé d’exclusion pour ses dreadlocks est invité aux Oscars
Écouter le direct
Arnold Deandre chez Ellen DeGeneres - Capture vidéo Twitter
Arnold Deandre chez Ellen DeGeneres - Capture vidéo Twitter

Le lycéen menacé d’exclusion pour ses dreadlocks est invité aux Oscars

Arnold est suspendu par son lycée à cause de ses dreads sont trop longues, il choisit de ne pas les couper et devient le symbole de la lutte contre la discrimination.

Il y a quelques temps, on vous racontait l'histoire d'Arnold Deandre : un jeune lycéen du Texas âgé de 18 ans, qui a été prié de couper ses dreads s'il voulait réintégrer sa classe et participer à la cérémonie de remise des diplômes. Arnold a décidé de conserver ses dreads, un geste qui est devenu un symbole de résistance. "Les cheveux" est un sujet à haute teneur politique aux Etats-Unis, il est légal de discriminer une personne sur son lieu de travail et dans les écoles en raison de sa coiffure dans tous les États, sauf en Californie, à New York et au New Jersey. Les afro-descendants sont discriminés, dès l'école, leurs coupes de cheveux font l'objet de restrictions consignées dans les codes vestimentaires des établissements scolaires, puis, plus tard, sur le lieu de travail, par le biais des règlements intérieurs des entreprises. 

Arnold a reçu beaucoup de soutien, dont celui et pas le moindre, d'Ellen DeGeneres (humoriste, animatrice de télévision et écrivaine américaine), qui l'a invité dans son show : 

Arnold est un peu stressé mais il s'exprime très clairement sur ses motivations et son refus de couper ses cheveux :

Mes cheveux sont très importants pour moi, car mon père vient de Trinidad, c'est une partie de notre culture et de notre héritage. 

Il poursuit en affirmant qu'il aimerait que les choses changent :

J'aimerais vraiment que l'école soit ouverte à d'autres cultures et nous laisse au moins essayer de nous exprimer, ne nous excluez-pas.

Ellen DeGeneres lui demande si des filles de son lycée portent les cheveux longs, la réponse est "Oui"... Il est clair que cette réflexion soulève des interrogations... "Pourquoi les filles auraient de droit de porter les cheveux longs et pas Arnold ?"__. En attendant de pouvoir répondre à cette question, son histoire a fait le tour des Etats-Unis (et pas que), et est arrivé aux oreilles de Gabrielle Union et de son mari Dwyane Wade. Ils sont les producteurs de “Hair Love", un court-métrage nommé aux Oscars. Ce dernier raconte l'histoire d'un père noir qui découvre comment coiffer ses filles pour la première fois.

Dans une vidéo, les réalisateurs invitent Arnold et sa mère a participer aux Oscars :

Gabrielle et Dwyane œuvrent pour qu'une loi encadre et mette fin à ses abus, il s'agit de la loi "Crown", qui a pour objectif de corriger ces injustices en rendant la discrimination capillaire illégale :

"Créer un monde respectueux et ouvert pour les cheveux naturels. La loi CROWN assure une protection contre la discrimination fondée sur les coiffures en étendant la protection légale à la texture des cheveux et aux styles protecteurs dans la loi sur l'emploi et le logement équitables (FEHA) et les codes de l'éducation des États."

Une pétition est en ligne. 

Si vous voulez utiliser 7 minutes de votre temps pour soutenir cette cause, c'est par ici :