MENU
Accueil
Kaaris refuse le contrat à 1 million d'euros et clashe Booba et son ex-femme
Écouter le direct
Booba VS Kaaris
Booba VS Kaaris ©AFP

Kaaris refuse le contrat à 1 million d'euros et clashe Booba et son ex-femme

Episode 423 de du combat Booba contre Kaaris.

On ne sait pas trop encore combien de temps ça va durer, mais Kaaris et Booba ne se sont toujours pas mis d'accord pour le fameux contrat de l'octogone... et ça fait depuis Noel que ça dure, malgré de multiples tentatives des deux côtés. 

Booba veut absolument que cet octogone se fasse en Europe et précisément en Suisse puisque l'organisation de MMA : HSC remplit tous ses critères et lui a même apporté un contrat qu'il a signé en direct dans Touche pas à mon Poste. Bien déterminé à ce que Kaaris signe le la paperasse, le rappeur de Boulbi en a rajouté une couche avec la vidéo du promoteur de HSC qui propose cette fois : 1 millions d'euros et lance un ultime à K Double A.

"Vous voulez un combat en Europe? On y est. Vous ne voulez pas 20k? On vous a compris. Vous désirez une organisation sérieuse? La SHC est connue et reconnue. On vous a entendu monsieur Kaaris. C'est pour cette raison que le SHC vous fait une offre de 500.000 euros de prime plus 500.000 euros de prime de gagne: la SHC vous fait une offre d'un million d'euros qui respecte vos conditions et vos souhaits. Monsieur Booba a déjà signé. A vous de nous dire si avec ces nouvelles règles équitables et impartiales, vous allez oui ou non accepter le combat."

Suite à ça, Kaaris persiste lui avec la Tunisie et insiste sur le fait que c'est lui qui a proposé le contrat en premier, l'original. Il en profite pour insulter Booba et se moque ouvertement de la mère de ses enfants Luna et Omar, avec une vidéo sur laquelle on la voit twerker.

Signe le contrat, j'attends. Pendant ce temps là je suis en train de regarder des vidéos de twerk.

Paradoxalement, malgré les différents contrats proposés, on n'a jamais été aussi loin de voir le fameux octogone... et les chances que ce combat ait lieu nous paraissent infimes.

Affaire à suivre.