MENU
Accueil
Kaaris refuse de signer le contrat : le combat est annulé
Écouter le direct
Booba et Kaaris (Photos : Dominique FAGET, Loïc VENANCE)
Booba et Kaaris (Photos : Dominique FAGET, Loïc VENANCE) ©AFP

Kaaris refuse de signer le contrat : le combat est annulé

Les discussions sont fermées entre les deux artistes, après une mésentente sur les clauses du contrat.

Il y a deux jours, le Duc annonçait qu'une date et un lieu avait été fixés et qu'un contrat avait été envoyé directement à Paris pour que son meilleur ennemi puisse le découvrir. Cependant, après une lecture du contrat, Kaaris n'a pas souhaité le signer, notamment en raison des clauses qui ne lui conviennent pas. Booba a par la suite déclaré qu'il "acceptait le refus" de son adversaire.

Il reproche plusieurs éléments, dont l'avance forfaitaire de 300 000€ qui n'est pas assez conséquente selon lui. Sur le contrat on peut lire : "En contrepartie de la participation de Kaaris au combat une avance forfaitaire de trois cent mille (300 000) euros sur les bénéfices tirés de la billetterie et du merchandising, sera payée par Booba." Kaaris explique que le contrat ne précise pas combien Booba va toucher, en tant qu'organisateur du combat. Pour lui, cette clause n'est pas égalitaire.

On peut aussi y lire : "Kaaris concède à TALLAC Records et à l’organisateur du combat une autorisation d’usage et de reproduction de son image et de son nom exclusivement aux fins précitées." encore une fois, cette clause ne convient pas à K2A, qui ne souhaite aucunement céder son image au label de Booba.

En réaction au contrat, Kaaris a posté une vidéo dans laquelle il s'exprime : “Tu peux faire croire aux gens que je touche le SMIC, que depuis Or Noir je n’ai jamais touché 300 000 euros. Tu me prends pour un clochard ? Tu me prends pour Gato ? Annonceurs, pub, TV, tout ça ça vaut des millions." Il demande à Booba de rajouter un zéro sur le contrat, soit 3 millions d'euros.

Concernant le lieu du combat au Palais 12 de Bruxelles, la RTBF a contacté le nouvel échevin des Sports de la Ville de Bruxelles Benoît Hellings, qui indique "ne pas être au courant de ce combat. Même si le Palais 12 a son autonomie et si cet événement est confirmé, je ne soutiendrai pas ce combat, le Palais 12 n'est pas un cirque."